Actualité sportive en auvergne



Sports-Auvergne Handisport
Photo © Frédéric Rimbert

Théo Curin pense déjà à Tokyo

Le jeune pensionnaire du pôle France Handi-natation de Vichy est revenu de Rio sans médaille autour du cou. Mais sans regret non plus. Au contraire, il a engrangé de l‘expérience en vue des prochains Jeux.

Après le bain bouillonnant de Rio, Théo Curin a retrouvé l'ambiance plus paisible du stade aquatique de Bellerive.

Retour au train-train quotidien pour le jeune nageur du pôle France Handi-natation de Vichy qui a vécu des moments forts pour ses premiers Jeux paralympiques.

Deux finales, une quatrième place sur 200 m nage libre et plein d'images en tête : Théo Curin n'a aucun regret. « J'étais là pour apprendre, apprendre, apprendre », martèle-t-il. À 16 ans, le cadet de la délégation française a fait preuve d'une étonnante maturité pour ne pas se laisser submerger par l'émotion.

« Les Jeux, ce n'est pas une compétition comme les autres. Tout est énorme. Le transport jusqu'au stade aquatique, les lignes d'eau, l'ambiance… Dans la chambre d'appel, on entendait les mouches voler. Dans ma tête, j'ai essayé de faire comme si j'avais déjà vécu ces moments-là. Pour ne pas trop gaspiller d'énergie dans l'émotion », explique le lycéen.

« Quatre ans pour m'entraîner »


Dès sa première course, Théo, loin d'être inhibé par l'événement, a tenté sa chance avec culot. « On avait décidé d'essayer quelque chose de différent. Je suis allé tout de suite au combat. Mais je n'avais pas le cardio pour relancer dans mon deuxième 100 mètres. Je ne peux pas être déçu de ma quatrième place. À 16 ans, c'est déjà énorme. »

Éliminé lors des séries du 50 m papillon et 50 m nage libre, Théo Curin a ensuite disputé une autre finale, sur 100 m nage libre, qu'il a terminée à la 6e place.

Pour le jeune nageur, le bilan est positif. Cette première olympiade lui a ouvert l'appétit. « J'ai 4 ans pour m'entraîner et me qualifier pour les prochains Jeux », se projette-t-il déjà. À Tokyo, Théo n'aura que 20 ans. Mais déjà une belle expérience de l'univers olympique.

Commentaire