Actualité sportive en auvergne



Photo © Hervé Chellé

Le massif du Sancy double la mise

Plébiscité après une première édition réussie l’an passé, le massif du Sancy, avec La Tour-d’Auvergne et Picherande, accueille de nouveau les championnats de France de ski de fond d’été, vendredi et samedi.

Un vrai coup de projecteur sur le Sancy. C’est ce que vont offrir les prochains championnats de France de ski de fond d’été (ou ski roue) qui auront lieu ces vendredi et samedi, à La Tour-d’Auvergne et Picherande. Pas une première pour cette dernière localité, puisque l’an passé, le Sancy avec Picherande associée à Issoire avait déjà accueilli ces mêmes France. Fred Echavidre, directeur sportif du comité d’Auvergne mais aussi… maire de Picherande se fait fort de rappeler qu’ « en 1990, Picherande, en avance sur son temps, devenait l’unique commune d’Auvergne équipée d’une véritable piste de ski à roulettes. »

Des entraîneurs unanimes

De là à accueillir, presque 30 ans plus tard, deux fois en deux ans le rendez­-vous hexagonal… Un doublé exceptionnel que, pour autant, le Sancy n’ambitionnait pas : « Ces France 2019 étaient programmées ailleurs, on n’avait même pas candidaté. Mais lors d’une réunion à la FFS, à la mi­septembre de l’année dernière, juste après les championnats 2018, les entraîneurs ont été unanimes pour qu’on les organise de nouveau ici avec des stages. Le site leur plaisait, les parcours correspondaient exactement à ce qu’ils cherchaient. On nous a donc fait la proposition, qu’on a acceptée », explique le technicien du Comité d’Auvergne présidé par Laurent Coudun, porteur du projet et avec le soutien et les aides des deux communes de La Tour­d’Auvergne et Picherande.

Une proposition au budget frôlant les 30.000 €, abondés également par les aides de la Région, du Département, des deux Communautés de communes, auxquels s’ajoutent partenaires privés et inscriptions, et qui mobilise une quarantaine de bénévoles. Et avec l’expérience de l’an passé. Un changement, cependant, celui du lieu du KO sprint : « L’an passé, l’argument, c’était d’aller en ville pour promouvoir le ski nordique. Et c’était également un clin d’œil vis­à­vis d’Issoire puisqu’on allait ouvrir le pôle espoirs. »

Une vitrine

Mais le changement vient aussi du profil requis par l’épreuve du premier jour :
« Cette année, le KO Sprint se fait en style classique. Il nous fallait un parcours avec une montée très raide et une descente progressive derrière alors que l’an passé, le parcours de skating devait être plat. Et entre montée, circuit sécurisé avec un bel enrobé, La Tour­-d’ Auvergne avait le meilleur dossier. » La Mass­start, elle, proposera la même boucle que l’an passé à partir des Hauts de Picherande : « L’an passé, entre 500 et 1.000 personnes avaient assisté aux épreuves. Cette année, on espère que le bouche­ à ­oreille nous permettra d’avoir encore plus de monde », conclut celui qui, avec Greg Russias et Colin Clère comme adjoints, sera aussi le directeur des épreuves durant ces deux jours.

La Tour ­ Picherande, même combat, avec comme clubs porteurs l’Étoile des Montagnes et le Ski Club de Besse : « On s’est réparti les épreuves, et comme l’an passé le comité de course avait été basé à Picherande, là, il est installé à La Tour. On s’est également répartis l’accueil des différents groupes des équipes de France, féminines, masculines, juniors. Des teams sont également là sur la semaine précédant l’épreuve, d’autres après », explique ainsi Yannick Tournardre, de l’Étoile des Montagnes qui, comme Fred Echavidre sur Picherande, veilleraàla bonne tenue de la manifestation sur La Tour : « L’idée, c’est que le comité d’Auvergne, au sens large du terme, en profite. C’est le massif du Sancy dans son ensemble qui sera en vitrine. »

Commentaire