Actualité sportive en auvergne



Sports-Auvergne Sports nature
Photo © Archives Pierrick Delobelle

Alain Letard, la voix de la Pastourelle

Ce dimanche matin, au coup d’envoi de la 20e Pastourelle, les participants retrouveront une silhouette et une voix familières de la ligne de départ et d’arrivée. Référence dans le milieu des courses pédestres, Alain Letard est le commentateur attitré de l’événement depuis 2003.

Avec une régularité sans faille, Alain Letard est toujours le premier sur la ligne de départ et d'arrivée. Et pour cause : l'accent teinté de sud-ouest, il présente la Pastourelle depuis 15 ans.

Quel que soit leur classement, du premier au dernier, le professionnel, la bienveillance non jouée, accueille les traileurs et vététistes avec le même respect, à leur arrivée. « C'est le seul sport où l'élite court avec des anonymes. Il y a une dimension égalitaire », apprécie cet ancien infirmier qui a un sens aigü des valeurs, surtout humaines.

Un commentateur de haut niveau

Avec ses yeux pétillants de sourire, lui aussi livre une performance de haute volée au micro, à chaque édition. Véritable encyclopédie du monde de la course à pieds, il peut réciter, en direct, les CV et titres des compétiteurs, avec une précision redoutable, sans aucune fiche à la main. Pourtant, il assure ne rien préparer, se contentant de jeter un œil aux listes des engagés, avant l'épreuve. La force d'Alain Letard, c'est sa mémoire. Un héritage familial, qu'il tient, dit-il, de sa mère, âgée de 94 ans.

Pour commenter, cette mémoire lui est très utile, couplée aux remontées d'informations des bénévoles disséminés sur les circuits. Des bénévoles qu'il fera applaudir, ce matin (*).

« La Pastourelle n'a jamais perdu son âme »


C'est surtout l'expérience et la passion qui parlent chez Alain Letard, dont le professionnalisme - bonifié par l'humilité - est très apprécié par les organisateurs de trails et autres courses qu'il enchaîne. « Ces dernières semaines, j'ai fait les Foulées arpajonnaises, le marathon de Cheverny, le trail de Semisens, j'étais dans les Landes, en Gironde. Après la Pastourelle, je serai à Royan, à l'épreuve des Pompiers solidaires d'Alzonne, sur l'Ultra trail puy Mary… », liste le spécialiste, très demandé.

Il y a trente ans, cet ancien sportif (vélo, football, course…) fonde le club de Bouliac sports plaisirs (Gironde). Puis il crée une épreuve pédestre. « Dans le cyclisme, il est de tradition de commenter les courses, j'ai voulu faire la même chose ! » Il se lance. A l'issue, des copains le sollicitent pour diverses manifestations. Depuis ses débuts, son carnet de demandes n'a fait que s'accroître et l'a entraîné dans toute la France puisqu'il a présenté les Nationaux de cross… Ce n'est pas l'argent ou les honneurs qui font courir cet homme de cœur. La plupart des organisateurs et des sportifs sont devenus des intimes. « C'est vrai que j'ai un carnet d'adresses important », confie celui dont la vie est remplie d'amitiés, et jalonnée de belles rencontres. Un réseau dont il fait largement profiter les copains. « Je suis un facilitateur », résume-t-il modestement. Ainsi, le rendez-vous cantalien lui doit une part de sa couleur festive. C'est par son entremise que Jacques Gaillon, un des anciens artisans des Ferias de Dax, décédé depuis, glissera aux Cantaliens les coordonnées de bandas du sud-ouest devenues incontournables à Salers.

« 2010, la plus belle »


La Pastourelle, cooptée par le challenge de la convivialité : Alain Letard, qui la vante, n'y est pas étranger. Entre lui et Philippe Barrière, président de la Pastourelle, le courant est tout de suite passé lorsqu'ils se sont rencontrés sur la course des crêtes d'Espelette, chère à l'animateur, qui à l'époque assurait des piges pour la radio France bleu Pays basque. « Philippe m'a demandé de venir commenter sa course. Je lui ai griffonné mon numéro. Il m'a rappelé en octobre. » Depuis cette première collaboration en 2003, l'animateur n'a raté aucune édition. « La plus belle, c'est celle de 2010 », avoue-t-il, un peu « par chauvinisme ». Cette année-là, trois licenciés de Bouliac occupent les trois premières places du trail de 32 km, juste devant Dawa Sherpa, dont il garde un souvenir affectueux.

Mais si Alain Letard a le sud-ouest chevillé au cœur, le Cantal y tient une bonne place. Ardent promoteur de la manifestation sagranière, il lui réserve une belle déclaration pour son 20e anniversaire : « La Pastourelle a pris du volume, de la notoriété, mais elle n'a jamais perdu son âme ». Une déclaration qui a du sens dans la bouche d'un homme de valeur…

(*) Alain Letard animera cette 20e édition avec Franck Lopez.

Commentaire