Actualité sportive en auvergne



Photo © Vincent JOLFRE

Gauthier (Le Puy) : "Trois ans pour atteindre la Ligue 2"

Champion de son groupe B au terme d’une saison à suspense, Le Puy Foot évoluera la saison prochaine en National 1. Un retour au premier plan en forme d’étape pour le président Christophe Gauthier qui ne cache pas ses ambitions de Ligue 2, d’ici trois ans… 

Le président Christophe Gauthier a le sourire et on le comprend. Son club du Puy Foot vit une fin de saison couronnée de succès avec pour principale satisfaction une montée en National 1 de l’équipe première. Un retour en grâce après presque trente ans d’absence à ce niveau. Un aboutissement ? « Une simple étape », rétorque-t-il. Entretien…

 

Quel regard portez-vous sur ce titre et cette accession en National 1 ?

« On a gagné cette montée sur le carré vert, au bout du suspense lors du dernier match, grâce à un groupe avec une qualité humaine que j’ai rarement vue au Puy. Tous les joueurs ont tiré dans le même sens pour cet objectif. Tous sont restés unis malgré les difficultés traversées. Cet état d’esprit du groupe a déteint sur l’ensemble du club ce qui explique la réussite des autres équipes à l’instar de la réserve qui vient de monter en N3. C’est une saison formidable où tous les objectifs fixés ont été réalisés. »

Pour cette troisième saison à ce niveau, est-ce que l‘expérience a fait la différence ?

« Nous avons en effet un groupe expérimenté où tous les joueurs ont évolué au niveau supérieur : tous sont venus au Puy pour relever un challenge. On n’a jamais paniqué dans ce championnat : la lourde défaite contre le Stade Bordelais (0-3 à Massot) a été une erreur de parcours mais le groupe a su repartir de l’avant et rebondir pour venir chercher cette montée. »

 

Cette accession constitue-t-elle un aboutissement pour vous ?

« Sans prétention, cette montée n’est qu’une étape pour le club. La quatrième, pour être précis, débute pour trois ans avec l’ambition d’atteindre le niveau supérieur, la Ligue 2. C’est l’objectif que nous nous étions fixés il y a neuf ans. Nous sommes dans les temps de passage ! »

2,3 millions d'euros de budget

Que change cette montée pour Le Puy Foot dans son fonctionnement ?

« Tout change… Le comité directeur est en train de s’étoffer avec des personnes d’autres horizons géographiques de Haute-Loire. Le staff technique va être consolidé autour de Roland Vieira, le staff médical renforcé. Concernant le groupe, on devrait passer de 12 à 20 joueurs sous contrat. Le Puy Foot est devenu une petite PME. »

Quel sera le budget pour la saison à venir ?

« Nous disposerons de 2,3 M d’euros (contre 1,6 M d’euros cette saison NDLR), ce qui devrait faire de nous le 14e budget de National 1, un des plus faibles donc. Certains clubs ont mis les moyens, plus de 4 M d’euros, pour jouer les premiers rôles. Cette progression du budget va cependant nous permettre d’améliorer l’effectif de l’équipe 1, continuer de progresser avec nos éducateurs diplômés et enfin armer le bureau pour trouver plus de ressources, de nouveaux partenaires pour que le club puisse faire sa place au haut niveau. Le championnat de National a un autre rayonnement et l’image du Puy est très bonne. Des partenaires de l’est du département devraient nous rejoindre. »

Très peu de départs et environ six arrivées

Quels changements sont à prévoir lors de ce mercato ?

« Le directeur technique Olivier Miannay et l’entraîneur Roland Vieira ont commencé leur recrutement. L’effectif va être solidifié quantitativement avec de la valeur ajoutée sur chaque ligne. Le maître mot reste de faire confiance au groupe qui a permis cette montée. Il y aura très peu de départs (Jim Allevinah s’est engagé avec le Clermont Foot, NDLR) tandis qu’on devrait avoir environ six arrivées, en transferts ou prêts (une arrivée a déjà été validée, celle de Michel Ramon en provenance de Rodez, NDLR). »

 

Quel objectif fixez-vous pour la saison prochaine ?

« Un milieu de tableau nous permettrait de nous installer dans ce championnat de National 1… Les autres équipes du club auront elles aussi de beaux challenges à relever. »

 

Christophe Darne

Commentaire