Actualité sportive en auvergne



Photo © Agence MOULINS

Le Moulinois Xavier de Soultrait veut faire encore mieux lors du prochain Dakar

Chaque année, Xavier de Soultrait se rapproche de son rêve absolu : remporter le Dakar. Et si c’était pour 2020 ? Quoi qu’il en soit le Moulinois prépare minutieusement cette édition qui aura lieu en janvier, en Arabie Saoudite.

Gagner le Dakar : c’est le rêve de gosse de Xavier de Soultrait. Un rêve qui est devenu un objectif au fil du temps et des performances du Moulinois. Le pilote de 31 ans a terminé, rappelons-le, sixième du classement général lors de l’édition 2019, en janvier dernier, au Pérou. Avec, à la clé, une victoire d’étape et le titre honorifique de meilleur français du Dakar.

« En rentrant, j’étais un peu déçu »

Bref, une édition pleinement réussie pourrait­on penser ? Pas pour De Soultrait qui n’est pas rassasié. Loin de là. « Finir sixième, c’était bien, mais en rentrant, j’étais un peu déçu. Ça m’a donné encore plus faim », poursuit le pilote officiel Yamaha. Une volonté qui devrait se voir dans son pilotage en janvier 2020.

Première victoire sur le Dakar pour Xavier de Soultrait

« Je serai plus actif, plus agressif. L’an dernier, j’ai attendu les erreurs des autres, alors qu’aujourd’hui je me sens plus fort et je pense être capable de donner le tempo. Je n’ai pas de complexe d’infériorité à avoir. » Voilà pour l’état d’esprit du bonhomme : décidé et ambitieux, sans être prétentieux.Xavier de Soultrait sur le Dakar 2019 (photo Edoardo Bauer).

Quel sera son objectif pour ce premier Dakar de l’histoire en Arabie Saoudite (lire pa r ailleurs) ? «Mon objectif, c’est d’être aux avant­-postes, d’être acteur de la course, et de faire le maximum pour arriver à gagner. Ça me paraît possible aujourd’hui. J’ai plus d’expérience et je me suis creusé la tête ces derniers mois pour continuer à progresser. »

Un préparateur mental et un coach pour passer un cap

Parmi les axes de progression qu’il a identifiés : prendre plus de risques sur la moto et ne pas rouler à l’économie. « Souvent, je ralentis dans le dernier tiers de la course, parce que je ne veux pas gâcher ce que j’ai fait plus tôt. Alors qu’au contraire, il faudrait que j’enfonce le clou en continuant à attaquer. »

Xavier de Soultrait, meilleur français du Dakar 2019

Un défaut dont il a pris conscience avec l’aide de deux nouveaux coaches. C’est, en effet, le grand changement opéré cette année dans sa préparation. En plus de son beau­-père de kiné, Jean­-Christophe Nicolas, Xavier de Soultrait s’est entouré d’un préparateur mental (l’ancien judoka Alexis Landais) et d’un entraîneur technique (l’ancien pilote pro Frédéric Sandouly). « Ils m’apportent un nouveau regard, un œil extérieur, et j’ai le sentiment que ça me permet d’avancer. »

Une préparation tronquée

Bref, tous les feux semblent au vert pour le Moulinois. Sauf que sa préparation, en compétition, n’a pas été un long fleuve tranquille. De Soultrait ne participant qu’à deux courses hors Dakar en 2019 : le rallye de la Route de la Soie (en Russie, Chine et Mongolie) cet été et le rallye du Maroc, le mois dernier. Deux rallyes et le même résultat : un abandon sur casse mécanique. Inquiétant ? Non, à en croire le Bourbonnais. « C’est décevant mais j’étais dans le coup à chaque fois, je roulais avec les meilleurs. Au Maroc, j’étais en tête quand j’ai cassé le moteur. »

Retrouvez notre grand format consacré à De Soultrait

Ce qui est plus préoccupant finalement, c’est le peu de kilomètres au compteur de Soultrait cette année : 7.000 en 2019 contre 25.000 en 2018. «C’était une année de transition pour le team (qui a déménagé du Nord à la banlieue lyonnaise, NDLR). On n’a pas beaucoup roulé mais je me suis rattrapé à l’entraînement. »

Le premier Dakar version Arabie Saoudite
Après vingt-neuf ans en Afrique, entre 1978 et 2007, puis onze ans en Amérique latine, le Dakar déménage dans le désert saoudien en 2020. Du 5 au 17 janvier, c’est donc une nouvelle page de l’histoire du mythique rallye-raid qui va s’ouvrir. Aux manettes de l’événement, Amaury Sport Organisation a signé un partenariat de cinq ans avec l’Arabie Saoudite, alors que la poursuite de l’aventure en Amérique du Sud était devenue un casse-tête pour des raisons économiques notamment. « En Arabie Saoudite, le terrain d’expression est idéal », s’est enthousiasmé David Castera, le patron du Dakar, lors de la présentation de l’édition 2020. Un avis partagé par Xavier de Soultrait. « C’est un grand désert, avec des dunes, des bords de mer, un peu de montagne, raconte le Moulinois. Et sportivement, c’est une très bonne chose puisque ça va rebattre les cartes. Personne ne connaît ce désert. Et personnellement, j’ai hâte. Je suis curieux de découvrir ce nouveau terrain. L’aventure, les nouveaux paysages : c’est ce que j’aime dans le rallye. » Et il sera servi début janvier.

Bio express de Xavier de Soultrait Xavier de Soultrait lors du Dakar 2019 (photo DR).

Naissance

Le 9 mai 1988, à Moulins.

Palmarès

Champion de France enduro élite privé en 2015 ; champion du monde Bajas en 2016 ; victoire au Merzouga rallye (Maroc) en 2017 ; victoire d’étape sur le Dakar 2017 (mais finalement le Moulinois avait été déclassé pour un excès de vitesse d’1 km/h pendant la traversée d’un village) ; victoire d’étape sur le Dakar 2019 et 6e place au général.


Kevin Lastique

Commentaire