Actualité sportive en auvergne



Plus Natation
Photo © photo françois-xavier gutton

L’apnée, un sport à couper le souffle

Fermer les yeux, retenir son souffle, et plonger. Deux fois par semaine, une dizaine d’apnéistes vident leurs poumons et leur tête, ensemble dans la piscine de Moulins. Une façon de se déconnecter totalement du quotidien, de prendre une grande bouffée d’oxygène, sans avoir besoin de respirer.

Main dans la main, ils forment une ronde dans le petit bassin de la piscine moulinoise. Des corps à la surface de l'eau. Presque immobiles. Bienvenue dans le monde de l'apnée. Tous les lundis et mercredis, ils sont une dizaine de mordus à prendre part aux entraînements du Corail Sub Moulins. Rencontre.

 

1. L'apnée, c'est quoi ?

Sport à part, à mi-chemin entre la performance athlétique et l'activité bien-être, l'apnée, c'est l'école du lâcher prise. « Ça nécessite une vraie maîtrise de soi, un contrôle de son corps », analyse le moniteur Philippe Casas. Et l'apnée, c'est aussi deux grandes familles distinctes. La statique, où, comme son nom l'indique, l'objectif est de rester le plus longtemps sous l'eau sans bouger. Et la dynamique (avec ou sans palmes), où l'apnéiste doit parcourir la plus longue distance possible sans remonter à la surface.

 

2. Pour quels publics ?

« Le corps est prévu pour l'apnée, assure Philippe Casas. Et tout le monde est capable de faire trois minutes d'apnée après quelques séances d'entraînement. Généralement, les gens ne savent pas respirer, mais ça s'apprend. » La clé pour progresser : écouter son corps. Et pas besoin d'être un sportif émérite pour se prendre au jeu. « L'apnée, c'est 80 % du mental, ajoute Florence Tabourel, compétitrice moulinoise, médaillée de bronze aux France l'an passé. Il faut apprendre à se connaître, à se détendre. » Et la performance doit être une conséquence du plaisir pris en apnée, comme le dit la maxime inscrite dans le local technique du club.

 

3. Quelles sensations ?

« Difficile de mettre des mots sur ce que l'on ressent sous l'eau. Le silence intense, et les battements de son cœur comme seul bande-son, mais aussi l'appel du fond, la sensation de glisse, la chute libre… On est comme en apesanteur, détendu, relâché, c'est juste magique, raconte Fabrice, moniteur au Corail Sub Moulins. On est proche de la méditation. » Sous l'eau, chacun a son rituel pendant que les minutes s'égrènent. Certains comptent les secondes, d'autres laissent leur esprit divaguer, où pensent à des moments agréables. Bref, un voyage intérieur sans quitter le fond de la piscine.

 

4. Quels bienfaits ?

Chacun y trouve son compte. « L'apnée m'apporte de la sérénité, lance Jean-Michel, plongeur expérimenté devenu apnéiste. Je suis nerveux et ça me permet d'être moins stressé dans la vie, de respirer davantage, et de regarder les choses avec plus de distance. » L'apnée, comme outil pour apprendre à gérer ses émotions. Une philosophie de vie, sans se prendre trop au sérieux où l'objectif est surtout de lâcher prise en toute sécurité. Ici on repousse ses limites, on ne les dépasse pas.

 

Quelques chiffres

2. L'apnée se pratique toujours à deux. Une règle de sécurité à laquelle les apnéistes ne dérogent pas.

6. 6 minutes et 45 secondes, c'est le temps, en apnée statique, de Philippe Casas, le Moulinois le plus performant. À titre de comparaison, le record de France s'établit à 8'40".

180. C'est la distance parcourue par le Moulinois Florian Salin en apnée dynamique avec palmes. Le record français étant de 300 m.

Commentaire