Actualité sportive en auvergne



Nombre de licenciés, diagnostic des clubs... L'heure du bilan pour le tennis bourbonnais (Allier)

Le comité départemental d'Allier de tennis a tenu son assemblée générale, ce samedi 12 octobre, à Désertines. L'occasion de faire le bilan d'une année sous le signe du changement. 

« Le tennis dans l’Allier se porte bien », a affirmé Jean-Luc Framont, président du comité d’Allier de tennis, ce samedi 12 octobre, à l’occasion de l’assemblée générale annuelle.

Un nombre de licenciés « stable ».

 

C’était l’un des engagements de Jean-Luc Framont lors de son élection à la tête du comité en 2018 : « Mettre un terme à la tendance baissière du nombre de licenciés dans l’Allier ».

Fédérale 3 : pourquoi l'OC Montluçon peine à domicile en ce début de saison ?

Avec 4.179 licenciés en 2019, l’objectif semble atteint. « Nous en sommes à -1 par rapport à l’an dernier, indique-t-il. Le résultat n’est pas encore positif mais nous avons réussi à stopper l’érosion. »

Diagnostics et développement.

 

Cinquante et un clubs bourbonnais ont fait l’objet d’un diagnostic réalisé par Alexandre Roussiaud, conseillé en développement (CED) du comité depuis maintenant un an.

« Six aspects tiennent particulièrement à cœur aux clubs, notamment le maintien de leurs écoles, le développement du tennis en zone rurale ou encore la rénovation des courts. Les collectivités locales ont été sensibilisées sur ce dernier point et certaines débloquent déjà des budgets de rénovation. »

Alexandre Roussiad (Conseiller en développement )

Supersport : victorieux en Argentine, le Montluçonnais Jules Cluzel reste en course pour le titre mondial !

L’autre mission du CED est de promouvoir l’application Ten’Up. Lancé en avril 2019 par la fédération française de tennis (FFT), cet outil vise à « faciliter l’accès à la pratique du tennis en permettant aux clients d’avoir des informations plus claires sur les clubs, indique Alexandre Roussiaud. Tous les clubs ne s’y sont pas encore mis, mais les débuts sont encourageants. »

Recrudescence « d’actes antisportifs ». 

 

La commission des litiges a été saisie à vingt et une reprises, pour dix-neuf sanctions disciplinaires prononcées.

« Il y a des forfaits abusifs, mais aussi des injures et des menaces à l’encontre d’arbitres, indique Jean-Luc Framont. Il y a un nombre de plus en plus important d’actes antisportifs, notamment de la part de jeunes joueurs ou de leurs parents. »

Sid Benahmed

Commentaire