Actualité sportive en auvergne



Sports-Auvergne Handball
Photo © Photo Florian Salesse

Jean-Marc Lubeth prend les rênes de Blanzat-Montluçon

A la tête de la réserve et du centre de formation de Mérignac jusqu’en décembre dernier, Jean-Marc Lubeth prendra les rênes de l’équipe première du BSM la saison prochaine, avec la volonté de structurer le club.

Joueur jusqu'en Nationale 2, puis coach depuis 15 ans, Jean-Marc Lubeth s'est spécialisé dans le handball féminin lors de son passage à Mérignac. Adjoint de l'entraîneur principal de la D2, coach de l'équipe réserve qu'il a fait monter en N2 et responsable du centre de formation, le futur entraîneur du BSM a développé des compétences dans l'accompagnement des jeunes.

Priorité à la formation


« J'ai rencontré plusieurs entraîneurs qui ont forgé ma vision. Je me suis fait ma propre opinion de la pratique, pour que l'on puisse apporter du plaisir aux gens », indique l'entraîneur de 40 ans.

En accord avec la direction du BSM, Jean-Marc Lubeth aura notamment pour mission de mettre en place un centre de formation et de préformation pour les joueuses inscrites dans les sections sportives des établissements scolaires. La création d'une nouvelle section sportive, au lycée Paul-Constans, est déjà dans les cartons, en plus de celle en place au collège Jules-Verne. Lancée à la rentrée 2018, cette section pourrait être labellisée en 2019.

« Le centre de préformation sera ouvert aux joueuses d'Auvergne, du Limousin et du Centre. Le BSM est une place forte du handball dans l'Allier, le but est qu'il devienne une place forte d'Auvergne », indique Jean-Marc Lubeth.

S'il souhaite accélérer sur la formation, le coach entend également apporter sa vision du jeu à l'équipe fanion. « C'est très excitant de rejoindre une équipe ultra-motivée, j'espère pouvoir apporter mon regard et ma vision des choses ». Avec l'expérience de ce nouvel entraîneur, le BSM ambitionne de franchir un palier pour atteindre le niveau d'un club structuré.

« Nous avons l'avantage d'avoir une structure de formation complète avec la halle des sports. Il nous faut régler les paramètres d'entraînement pour entrer dans les critères du haut niveau », poursuit le coach.

« Régler les paramètres sur le haut niveau »


Après une saison compliquée, terminée à une marche de la N1, mais avec des joueuses exclues définitivement, le président Didier Braud défend le moment choisi pour faire évoluer le club.

« Nous allons être le seul club amateur de la région avec deux équipes au niveau national l'an prochain, les jeunes doivent être capables d'alimenter une équipe de nationale. Le budget a été mis sur l'encadrement plutôt que sur les joueuses, c'est un vrai choix du club. Nous avons trouvé le profil ; cette année c'était le moment. »

Commentaire