Actualité sportive en auvergne



Photo © SALESSE Florian

Assuré de montée en N1, Blanzat-Montluçon veut faire la fête à la maison ce samedi

Une belle fête mais pas de défaite. Voilà ce qu’espèrent joueuses, staff et supporters de Montluçon, ce samedi (20 h 45), face à Saint-Genis, à la Halle des sports. Ce sera l'occasion de célébrer la montée du club en Nationale 1, à deux journées de la fin du championnat.

Le contexte

Dernier match à domicile de la saison ce samedi (20 h 45) pour Blanzat-Montluçon. Et surtout dernier match à domicile en Nationale 2 ! Puisque le club a validé sa montée en en N1 la semaine passée, en gagnant à Saint-Égrève (28-39). C’est donc avec la ferme intention de faire la fête, en la Halle des sports, que le BSM s’apprête à recevoir Saint-Genis-Laval (Rhône)… en dindon de la farce, alors qu'il ne reste plus que deux journées de championnat à disputer.

Ça y est c'est fait, Blanzat-Montluçon est promu en Nationale 1 !

Le mot du coach

Bref, voilà sans doute la rencontre la plus plaisante et simple à préparer, pour l’entraîneur Jean-Marc Lubeth. « Plaisante oui, mais simple pas du tout ! Nous voulons maintenir un certain niveau de rigueur sur les deux derniers matchs qu’il nous reste ». Comprenez : les Amazones en sont pour l’instant à dix-neuf succès en vingt journées et veulent continuer à cavaler seules en tête de la poule. Le BSM n'a pour l'instant concédé qu'une seule défaite cette saison, un record !

« Une défaite tacherait notre tableau et, de plus, on se doit de respecter tous nos adversaires jusqu'au bout. »

Jean-Marc Lubeth (Entraîneur de Blanzat-Montluçon)

L'adversaire

Saint-Genis (8e sur 12) n’a pas définitivement assuré son maintien. « Donc à nous de faire le nécessaire afin de ne pas fausser ce championnat, contre une équipe qui joue bien au ballon et qui nous avait posé quelques soucis à l’aller (23-33) ».

Retour sur le match aller gagné 23-33 par Montluçon à Saint-Genis

La cerise sur la gâteau ?

Enfin, ultime cerise à déposer sur un gâteau déjà on ne peut plus bigarré – et bigarreau ! –, celle du titre de champion de France de N2. Il se jouera entre le meilleur club métropolitain et celui d’Outre-Mer. Pour l’heure, en métropole, seuls le BSM et Serris (Ile-de-France) ne comptent qu’un revers. « C’est un beau dernier challenge », reconnaît Jean-Marc Lubeth.

Le groupe

L'entraîneur du BSM  reconduit le même groupe qu’à Saint-Égrève, en y ajoutant juste l'arrière Ngavouka, laissée à la disposition de la réserve le week-end passé.

BSM. Coulibaly (g.), Fourez (g.) - Ékobo, Bonnet, Lutovac, Andoche, Ngavouka, Kobo, Charobert, Fiafialoto, Gaye, Okomba.

La fête :
Avant, pendant et après le match, des animations (banda, danse, CrossFit, hand-fauteuil…) auront lieu à la Halle des sports de Montluçon pour célébrer la montée en N1. Le BSM demande aux spectateurs de venir « tous en bleu ».

Luc Barre
Photos d'archives

Commentaire