Actualité sportive en auvergne



Séries : privé de phases finales, Malintrat dit stop

Les saisons se suivent mais ne se ressemblent pas pour le club de Malintrat. Habituée des phases finales territoriales ces dernières saisons (avec deux titres à la clé, champion d’Auvergne de 4e Série en 2016 et champion d’Auvergne de 3e Série l’an passé), la formation puydômoise avait de nouveau gagné sur le terrain le droit de disputer les phases finales de la Ligue AuRA cette saison. Mais elle a été recalée. La raison : le club ne dispose pas d’école de rugby. Malintrat est donc privé de phases finales et, plus grave, encore, il ne repartira pas la saison prochaine. Il est mis en sommeil. 

En s’imposant à Sauxillanges (3-26) le 10 mars dernier, Malintrat s’emparait sur le fil de la deuxième place de sa poule de 2e série et se qualifiait pour les phases finales de la Ligue AuRA. Pour la quatrième saison de suite, le petit club puydômois, relancé en 2015, allait prolonger sa saison ! Du moins, le croyait-on du côté de Malintrat. Jusqu’au 15 mars dernier et ce mail envoyé par la Ligue AuRA, qui tombait comme un couperet : l’OCML n’est pas autorisée à disputer les phases finales.

« C’est l’application stricto sensu des règlements »

« Pour pouvoir disputer les phases finales du championnat de France et de la Ligue AuRA, les règlements prévoient que les clubs doivent au moins disposer de 22 licenciés dans leur école de rugby », explique Patrick Carré, le secrétaire général de la Ligue AuRA. Or, Malintrat ne possède pas d’école de rugby. « C’est l’application stricto sensu des règlements », ajoute le secrétaire général de la Ligue. « Ce n’était pas une surprise pour nous de ne pas pouvoir disputer le championnat de France, rétorque de son côté Agnès Quéret, présidente de Malintrat. C’est comme ça depuis des années et on le respecte. Par contre, avec le comité d’Auvergne, on a toujours pu jouer les phases finales régionales. »

Le club de Malintrat a été informé le 15 mars dernier, par mail.

Comme l’autorise le règlement, la dirigeante a alors fait une demande de dérogation pour disputer le championnat de France, mais surtout les phases finales de Ligue. « On a émis un avis défavorable pour Malintrat. La Fédération française de rugby, à qui on fait suivre les demandes de dérogation, nous a suivi concernant le cas de Malintrat. Ce qui n’est pas toujours le cas. »

Se pose alors la question de l’ingérence de la FFR dans une compétition régionale. Mais le secrétaire général de la Ligue s’en défend. « Dans notre règlement sportif, on avait ajouté qu’un club qui ne répond pas aux obligations sur les écoles de rugby ne pourra pas participer aux phases finales de la Ligue. Le règlement sportif a été validé par la Fédération, voté par le bureau directeur de la Ligue, voté par les comités directeurs de la Ligue et transmis à tous les clubs. »

« Pour un carton rouge, on vous envoie une lettre recommandée. Là, on a reçu un mail »

Une décision difficile à accepter pour les dirigeants de Malintrat, qui ne se sentent « pas entendus » par la Ligue. « Pour un carton rouge, on vous envoie une lettre recommandée à votre domicile. Là, on a reçu un mail, déplore la présidente. Les décisions tombent. On n’a pas de recours. On n’a pas le droit de s’exprimer. (...) On est un petit club, on a un petit budget. On engage une équipe, on paye un engagement, nos licences comme toute le monde. On aimerait pouvoir faire les phases finales de Ligue… Ils auraient pu ne pas appliquer cette décision. » « Si on avait donné l’autorisation à Malintrat de disputer les phases finales de Ligue AuRA, comment l’expliquer aux autres clubs ?, rétorque Patrick Carré. Notamment à celui qui aurait perdu sa place alors qu’il aurait été ‘’vertueux’’ sur le plan des obligations. »

Les joueurs de Malintrat, le soir de l'assemblée générale extraordinaire.

Face à cette situation, le club a alors convoqué une assemblée générale extraordinaire pour évoquer l’avenir. A une très large majorité, sa mise en sommeil a été décidée. « Les joueurs sont dégoûtés, poursuit Agnès Quéret. Mais si tous les ans on doit être confronté à la même chose… »

Dans ce contexte, l’OCML a refusé de jouer le quart de finale de Coupe de la Ligue (qu’il était autorisé à jouer) face à Belley, ce dimanche. A Malintrat, le rugby se conjugue désormais au passé...

 

(*) Au total, au niveau de la Ligue AuRA, 25 clubs ont fait des demandes de dérogation. Parmi eux, huit clubs auvergnats : Romagnat (1re Série) ; Malintrat et Sauxillanges (2e Série), Pulvérières, Puy Guillaume et Vallée Verte (3e Série) ; et Plauzat et le RC Sancy (4e Série). Deux clubs ont été recalés : Malintrat et Saint-Fons (4e Série ; ex-comité du Lyonnais) ont été refusés. Le club de Saint-Fons ne comptait que cinq jeunes dans son école de rugby.

 

Manuel Caillaud

Commentaire