Actualité sportive en auvergne



Photo © Eric ROGER

Des Clermontois encore un peu tendres contre La Rochelle

Composée presque exclusivement de jeunes espoirs et de nouvelles têtes, l’ASM a tenu une mi-temps face au collectif rochelais, un peu mieux rodé, avant de céder sur des fautes défensives un peu naïves, vendredi après-midi (17-33).

À travers le prisme d’un premier contact avec la réalité d’un match, trois semaines et demie de préparation seulement dans les pattes, il convient de relativiser la performance purement rugbystique de cette équipe clermontoise pour le moins inédite.

Celle qui a débuté vendredi face à La Rochelle faisait la part belle aux jeunes, Clément Lanen et Tani Vili y ont affiché de belles promesses. Seule recrue au coup d’envoi, l’ouvreur Jake McIntyre a plutôt bien alterné, il lui faudra néanmoins élever le curseur… S’inspirer, pourquoi pas de son compatriote australien rochelais entré en seconde période, un certain Brock James, lequel a montré qu’il n’avait rien perdu de sa superbe, de son aisance technique à sa vision du jeu.

Sur les quarante premières minutes, les Clermontois ont surtout pas mal défendu, les Rochelais tenant mieux le ballon. Ils eurent quand même des temps forts, des occasions de scorer, mais leur inefficacité, voire leur impatience dans les zones de marque, ont freiné leur allant offensif. 

0­-21 : un gros trou d’air de 10 minutes

Avec une tout autre équipe au retour des vestiaires, une charnière là aussi inédite (Paige ­ Palmier), on sentit d’emblée un regain de dynamisme, une plus grande volonté d’attaquer la ligne. Un essai de Dessaigne un peu heureux n’eut, hélas, comme suite qu’un égarement, aussi individuel que collectif, de dix bonnes minutes dont profitèrent les Rochelais pour percer la défense auvergnate à trois reprises. Dans le sillage du revenant Brock James, l’équipe de Jono Gibbes prenait le large et n’allait plus vraiment être inquiétée lors de cette première sortie dont il faut mesurer, on l’a dit, la signification.

L’ASM aura eu le loisir de tester un maximum de ses jeunes, de voir à l’œuvre ses recrues comme ses jokers (Coupe du monde), de jauger aussi la bonne forme physique de Naqalevu.

Vendredi prochain (19 heures, à Issoire), face au LOU, Franck Azéma intégrera ses cadres laissés au repos (Ulugia, Zirakashvili, Timani, Lee, Grosso, Toeava…). Il attendra forcément une montée en puissance car, dès la semaine suivante, les retrouvailles face aux Rochelais se joueront, cette fois­ci, à balles réelles.

 

Christophe Buron

Commentaire