Actualité sportive en auvergne



Photo © Pierre COUBLE

Rodier (Issoire) : "La récompense de tout le travail effectué"

En dominant Orthez ce dimanche au stade du Mas lors du 8e de finale retour de Fédérale 2, Issoire a validé sa montée en Fédérale 1. « La récompense de tout le travail effectué cette saison », selon Christophe Rodier, l'entraîneur en chef de l'USI. 

Cette montée en Fédérale 1, c’est une belle satisfaction ?

« Oui, c’est vraiment bien. Cela récompense tout le travail réalisé pendant l’année. On savait qu’on avait un groupe et une capacité de travail qui nous permettaient de viser l’étage au-dessus. C’était un objectif réfléchi et pas lancé au hasard. »

 

Vous avez parfaitement maîtrisé ce 8e de finale retour...

« Oui, on a fait une très grosse première mi-temps. On a ensuite réussi à scorer au retour des vestiaires. C’est ce qui a fait basculer définitivement ce match. On s’est retrouvé à treize à l’heure de jeu. Du coup, la deuxième mi-temps a été plus délicate à gérer, mais elle est révélatrice de l’état d’esprit qui règne au sein du groupe : s’accrocher comme des fous et tout donner pour le copain. »

 

Depuis le début de la saison, on sent que l’équipe est sur une progression constante...

« C’est lié à la capacité de travail et à la capacité d’écoute des joueurs. Ce ne sont pas des mecs qui digèrent que du physique et de la musculation. Ce sont des joueurs qui aiment le rugby, qui aiment s’imprégner de ce qu’on peut leur apporter, qui essaient de mettre en place les choses. On n’y arrive pas toujours, mais au moins, les gars essaient. Et cela explique la progression qu’il y a eu tout au long de la saison. Notre plus gros travail depuis le début du championnat a principalement concerné le plan stratégique, le plan de circulation, la capacité à gérer les matchs, y compris des matchs importants. On savait que sur le plan du combat, de l’envie, il n’y avait rien à ajouter. Quand tu as ça, après, tu peux travailler sereinement. »

 

Vous êtes arrivés en début de saison. Qu’avez-vous apporté à ce groupe d’un point de vue personnel ?

« Je n’étais pas tout seul. On était quatre avec Mathieu Chabaud, Matthias Dubost et Stéphane Bony. Tout au long de la saison, on a eu beaucoup de joueurs à l’entraînement. Les mecs adhéraient, il n’y avait pas d’absentéisme. Et si tu es tout seul, tu n’y arrives pas. Il faut être plusieurs pour animer les ateliers, apporter des consignes. Après mon rôle en arrivant a peut-être été de structurer un peu les choses en terme de circulation du joueur, en terme de méthodes de jeu. »

 

Vous parliez de l’effectif. Vous avez dû faire des choix tout au long de la saison, laisser des joueurs au repos. Cela n’a-t-il pas été trop difficile à gérer ?

« Non car le groupe est super. Il n’y a pas de concurrence malsaine, de jalousie. Il a parfois fallu discuter avec certains joueurs, mais cela s’est toujours bien passé. »

 

La montée, c’est fait. Mais la saison n’est pas terminée. Il va maintenant y avoir ce quart de finale dans quinze jours (face à Mauléon). Il va falloir remobiliser tout le monde désormais ?

« On va en discuter avec les joueurs cette semaine. Un premier objectif a été atteint, on va maintenant voir quel sera le prochain. Mais cela ne peut pas venir que de moi. Cela viendra de tout le monde. Se remobiliser après cette victoire à domicile, ça va être un vrai travail. Mais on va le faire tous ensemble. »

 

Aller chercher un titre, ce serait beau…

« C’est toujours alléchant, bien sûr. Mais il n’y a que la crème de la crème à ce stade de la compétition. Les autres équipes le veulent aussi. »

 

Manuel Caillaud

Commentaire