Actualité sportive en auvergne



Photo © Dominique PARAT

Matthias Gay, la fine gâchette du SCA Cusset

Originaire de la Loire, le joueur du SCAC a fini meilleur marqueur de Pré-Nationale ces deux dernières saisons. En tête du classement à 8 journées de la fin, il vient de battre son record personnel à Combronde, avec 42 points.

Ses coéquipiers n’étaient pas loin de l’appeler « Monsieur 50 % ». Mais Matthias Gay s’est arrêté à 42 points, samedi soir, sur les 90 marqués par le SCA Cusset basket, victorieux à Combronde (58-90).
Cette belle performance individuelle n’étonnera pas les connaisseurs de la Pré-Nationale masculine. Les deux dernières saisons, Matthias Gay s’est adjugé le titre officieux de meilleur marqueur du championnat d’élite régionale (20,4 points en 2016-2017 et 22,7 points en 2017-2018). Cette saison, le Cussétois est en avance sur ses temps de passage avec une moyenne, à 8 journées de la fin, de 26,4 points.

 

Basket SCAC Cusset vs Vichy Matthias Gay

Né dans la Loire dans une famille de basketteurs, le scoreur du SCAC, arrivé dans l’agglomération de Vichy en 2013, a eu besoin d’une période d’acclimatation au championnat auvergnat. Habitué aux dures joutes des parquets ligériens, l’ancien joueur en minimes et cadets France, à La Pontoise, puis jeune remplaçant en N2 et N3, a dû tempérer son enthousiasme. « La première année, je ne finissais pas un match. Je sortais systématiquement pour 5 fautes : 5 passages en force. C’était frustrant », sourit Matthias Gay, qui se faisait gentiment chambrer par sa compagne, Fanny Chapuis, ancienne demoiselle de Bellerive (N2).

Le plaisir pour moteur

Mais une fois les sifflets auvergnats apprivoisés, le basketteur a vite trouvé le chemin du cercle, d’abord en R2, puis en R1, devenue Pré-Nationale. Et ce ne pouvait être ailleurs qu’au SCAC, où évoluaient déjà ses beaux-frères. « On a un groupe homogène. On forme un noyau de copains qui joue pour le plaisir. Ce qui ne nous empêche pas d’être des compétiteurs », observe Matthias Gay, qui vient d’agrandir sa « tribu » avec un troisième enfant.
Entre ses obligations familiales et sa profession d’ostéopathe (méthode Poyet), le joueur du SCAC se contente d’un entraînement, le vendredi, avant de martyriser les défenses adverses, le week-end.
Meneur les années précédentes, il a glissé au poste d’intérieur cette saison, pour les besoins de son équipe. Avec la même efficacité. Même s’il assure que ses stats personnelles ne sont pas une obsession. « Ça fait toujours plaisir de marquer des points. Mais si ce sont mes coéquipiers qui prennent le relais et que l’on gagne, ça me va parfaitement », assure Matthias Gay, qui dit ne pas avoir retiré de plaisir à marquer 40 points, la saison dernière, lors de la défaite ses siens à Billom (82-72).
Depuis samedi, le joueur de 31 ans a donc réalisé un nouveau record personnel : 42 points (comme son numéro de maillot) et une victoire d’équipe. De quoi combler ce passionné de basket.

 

Olivier Rezel

Commentaire