Actualité sportive en auvergne



Photo © Hervé Chellé

NF2 : Cournon sans capituler mais…

Le BBCA a fait preuve de vaillance, samedi soir, à Gardet, face au SMUC, meilleure attaque de la poule A. Mais un lourd 22-0 encaissé à cheval sur les deux premiers quart-temps lui a été fatal…

Le BBCA aurait aimé célébrer le premier succès à Gardet, samedi soir. Comme un témoignage de l’avancée des promues en Nationale 2, et pour le point pris avant le déplacement chez l’invaincu Caluire, samedi.

Il avait bien projeté d’ailleurs de faire aux sept Marseillaises, arrivées dans la salle à 19 h 05, le coup de la descente du bus. Surtout avec le retour de son capitaine, Claudie Vaillant, remise de sa luxation de l’épaule.

Et puis la troupe rouge pouvait compter sur l’arme Lubcke (31 points, samedi). Le pivot australien d’ailleurs déverrouilla tout de suite le compteur devant un SMUC dont les quelques ripostes se perdirent dès le trois points signal de Martel, avant les paniers de Delorme.

Las ! Sortis d’un temps mort, la défense rapprochée et le jeu de transition aiguisé sudiste atténuèrent l’abattage du poste 5 (18­-16, 10e). Mal fini le premier quart donna naissance à un départ désastreux dans le suivant, Cournon, toute offensive bloquée, encaissant un 17-­0, pour un 22-­0 à cheval (18-­33, 16e ) ! Et le retour au combat efficace vint trop tard : le score était passé de l’autre côté (30­-36, 20e ).

Il y resta. À peu près dans les mêmes proportions. Malgré le retour auvergnat sur les talons marseillais dans le 3 e volet, avec Lubcke, Delorme et Kacperska au scoring, plus Martel dans le secteur du rebond “déf” et des passes décisives (52­-59, 30e).

Quant au dernier quart, les Cournonnaises, sans cesser le feu, payèrent la débauche d’énergie de leurs vagues. Avec métier, les expérimentées Catani et Maaden flinguèrent les efforts du BBCA, de Martel ou Lubcke particulièrement (77-­89, 40e).

« En deuxième mi-temps, il y a la fatigue , reconnaissait Anthony Cathala , mais la fin du premier quart et le début du suivant nous coûtent cher. Au total, on encaisse trop de points ». Le coach cournonnais appréciait que « les filles ne lâchent pas, elles se battent jusqu’au bout. Mais, là, on a loupé le wagon »
Commentaire