Actualité sportive en auvergne



Photo © Jean-Louis GORCE

Le X-Triathlon de Cournon en 3 questions

Le club de Puissance 3 Cournon déjà organisateur d’un triathlon à Aydat (édition 2019, les 22 et 23 juin) et d’un aquathlon de Cournon, vient d’ajouter, couplé à cette dernière manifestation, un cross-triathlon qui a remporté un grand succès, ce dimanche. Retour, avec Pierre-Yves Formagne, en charge de l’épreuve, sur cette première.

Pierre-Yves, pourquoi avoir ajouté une nouvelle épreuve aux deux organisations que proposait déjà votre club de Puissance 3 Cournon ?

« Notre aquathlon, qu’on organise tous les ans et dont 2019 marque la 7e édition, est maintenant bien installé dans le calendrier. Mais on s’est rendu compte que s’il attirait beaucoup de jeunes, pour les adultes, il était un peu plus confidentiel. On s’est dit qu’il y avait la place pour organiser un autre triathlon en complément. Sur route ? Par équipes ? On a finalement fait le choix du cross-triathlon. »

 

Le Vendéen Jocelyn Mourier, vainqueur de la première édition.
 

Pour quelles raisons ?

« Elle sont diverses : pour la route, le tracé s’avérait un peu compliqué alors que pour un X-triathlon, on dispose de plein de parcours VTT sympas, le long de l’Allier, pour la course à pied aussi près du plan d’eau. Et c’est une formule très accessible pour tout le monde, surtout avec un format sprint : 400 m de natation en piscine, ça ne pose pas de problèmes, 15 km et 5 km de course à pied non plus, tout le monde peut le faire, et pour tout cela, il n’y a pas besoin de beaucoup de matériel nécessaire. Et on est parti sur la formule du contre-la-montre avec départ toutes les minutes. »

Eric Beaucart : une très belle deuxième place pour le Cournonnais.
 

Satisfait du succès de participation ?

« Oui, complètement. On peut même trouver ça exceptionnel pour une première. On espérait accueillir plus de 100 concurrents, on tablait sur 120. Mais 180 concurrents, on ne s’y attendait pas et on a affiché complet avant même le jour de l’épreuve et donc refusé du monde. Mais 180 concurrents, on ne pouvait pas aller plus loin pour des questions de plage horaire, notamment. »

Anais Tardieu, première féminine.Romain GIOUX, sur le podium.
Un parcours VTT sans difficulté réelle.Les bords de l'Allier, un beau terrain de jeu.


Jean-Philippe Béal

Commentaire