Actualité sportive en auvergne



Photo © Pierre COUBLE

Fédérale 2 : Clermont-Cournon à la croisée des chemins

Désormais en roue libre après sa défaite à domicile face à Vichy, mais globalement auteur d’une bonne saison, Cournon va devoir remodeler son staff. Le point avec le président Thierry Faure.

Vous achevez votre saison à domicile par une défaite…

« Oui, c’est dommage pour les gars, surtout, et pour la qualification. Mais l’essentiel, le maintien, est acquis. On a un groupe jeune, qui a bien progressé. Le bilan global est malgré tout positif.

Un groupe que vous souhaitez garder ?

Bien sûr ! On veut par ailleurs l’étoffer sur des postes clés, principalement devant.

Quel bilan tirez-vous de l’arrivée de Chanal et Barrier aux postes d’entraîneurs ?

Ils nous ont apporté beaucoup d’expérience, avec un changement de mentalité autour de l’approche des matchs. Cela a entraîné un nouveau dynamisme. En réponse, le groupe a été très réceptif à leur vision du jeu. Sur l’ensemble, c’est très positif.

Pourtant, il va vous falloir revoir vos cadres…

Oui, David (Barrier) va nous quitter. En les choisissant, la saison passée, on visait un cycle de trois ou quatre ans. On va se mettre en quête d’un entraîneur des avants. On a quelques pistes…

Sauf que Raphaël Chanal n’est pas certain de continuer lui aussi !

J’espère vraiment le conserver. C’est notre objectif prioritaire. Ce n’est pas encore fait. Mais quand on est allé le chercher, ce n’était pas pour un an seulement.

« La Fédérale 1 ? On y arrivera »

Quels arguments allez-vous avancer pour le garder ?

Notre projet pour faire grandir Cournon est, je pense, intéressant. Raphaël Chanal fait partie des premières pierres. On va essayer de mettre aussi d’autres choses en place, même si cela ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut aussi dire que, déjà, certaines choses ont été faites. On vise à avoir un peu plus de moyens et peut­-être de compétences autour pour structurer un peu plus le club.

Beaucoup de clubs sont dans la panade financière. Quelle est votre situation ?

Elle est saine ! On a un budget de 430.000 €. Sur la saison, il nous restera un petit pécule de 30.000 €. Mais on fait attention et on ne dépensera jamais l’argent qu’on n’a pas. Je suis chef d’entreprise et je sais que si on déconne, on peut couler. Oui, je voudrais parfois dépenser plus. Mais on a déjà augmenté le budget de 17 % cette saison.

La Fédérale 1 ?

Cela reste notre objectif. C’est le projet. Et je suis sûr qu’on y arrivera. »

 

Propos recueillis par Valéry Lefort

Commentaire