Actualité sportive en auvergne



Photo © Francis CAMPAGNONI

Vigilance de mise au HBCAM 63

Promenade de santé que de recevoir la lanterne rouge ? À voir… En tout cas, au sortir d’une coupure de trois semaines sans compétition, le HBCAM 63 sait qu’il devra vite retrouver le bon rythme devant Montpellier, ce samedi (18 heures).

N’allez voir là, ni fausse modestie, ni mise en garde de principe (de précaution) : si le discours du leader clermontois, à l’heure de recevoir, après trois semaines de trêve, la lanterne rouge montpelliéraine en appelle à la vigilance, c’est que le HBCAM 63, dans son histoire récente, a payé cher l’approche ratée d’un contexte similaire : « La dernière fois que la lanterne rouge est venue à Fleury, c’était alors Bruguières (ex­-aequo avec Montpellier) et Bruguières l’avait emporté (27­-28). Et juste avant, on avait perdu contre Nice, après une coupure… », explique l’entraîneur clermontois Jamal El Kabouss.

« À nous de savoir tuer les matchs »

Rappeler la nécessité de vigilance requise au moment de fouler le parquet de Fleury, ce samedi, en fin d’après­-midi, s’est imposée celle, tout aussi essentielle, de meubler au mieux les trois semaines sans compétition, hors sélection nationale, venant de s’écouler : « C’est une vraie coupure, la deuxième fois en deux mois, à la fois physique, qui peut certes permettre de soigner les petits bobos, mais aussi mentale. C’est délicat, exigeant, ces rythmes qui ne sont pas les mêmes, et il faut tout de suite rehausser le niveau physique et l’exigence. Ça fait donc deux semaines qu’on “charbonne”, qu’on travaille bien mais s’entraîner sans réel but le week-end, c’est contre-­nature, c’est là où c’est le plus dangereux », concède le technicien clermontois.

Avec le recul, ce dernier estime que « mine de rien, on fait une belle opération à Nice (22-­22). On ne perd plus depuis janvier et là, on a réussi à remonter deux buts dans les 40 dernières secondes. Même si c’est vrai qu’on a été bousculé, piégé durant cette rencontre. On est toujours gourmand, on veut toujours gagner mais je retiens qu’on n’a pas lâché, on a fait preuve de force mentale. À nous de tuer les matchs, le plus tôt possible. »

Et puis, il y a le présent adversaire montpelliérain, comme l’explique le coach : « C’est un groupe qui n’a plus rien à perdre mais tout à gagner. La fusion a été annoncée avec Frontignan, qui lui, est en milieu de tableau donc supposé disposer d’un meilleur effectif. Celles qui sont là vont vouloir se montrer pour être encore dans le groupe de N1, l’année prochaine. »

 

Le groupe :

HBCAM 63. Guilabert Segura, Ferreira ; Benay, De Almeida, Djabour, Blezes, Ngoulou, Morgado, L. Modenel, V. Modenel, Sousa, Soubies, Delaume, Mouton.

 

Jean-Philippe Béal

Commentaire