Actualité sportive en auvergne



Photo © Stephanie Ferrer

Vichy-Clermont : la Jeep Elite, ça fait quel effet ?

La "logique" a été respectée, mardi soir, à Vichy, avec la qualification (78-80) pour les quarts de finale de Coupe de France, d'une équipe de Jeep Elite (Levallois) devant un adversaire évoluant à l'étage inférieur de la Pro B (JAVCM). Mais sur quelles bases ? 

Pas de leçon forte, bien évidemment, en tout cas à étendre à tout un championnat, du 8e de finale de Coupe de France ayant opposé, en début de semaine, Levallois (Jeep Elite) et la JA Vichy-Clermont Métropole (Pro B), quant au niveau respectif de chacune des deux divisions. Mais petit éclairage avec Guillaume Vizade, le coach des Métros auvergnats, sur ce qui a pu, au-delà de l'écart final minime (78-80) faire la différence entre les deux formations.


1. Levallois Metropolitans.  Johnson (ischio-jambiers),  Sulaimon (cuisse) , Yarou (tendon d'Achille), Wright (différend avec le club) et au dernier moment le meneur titulaire Ukic (cheville) alors que Sako évolue depuis deux rencontres avec un masque de protection (fracture du nez) :  Fred Fauthoux, le coach levalloisien, aurait pu légitimement tirer le paravent des excuses en cas d'élimination face à une équipe de niveau inférieur. Au final, la qualification lui donnait, tout aussi légitimement, un sentiment d'« énorme fierté ». Sous l'argument, notamment, que « ce n'est pas rien de venir gagner chez le 2e de Pro B ». Pour autant, ce Levallois-là était bien une Pro A, en témoigne un 5 de départ où Wyans, meneur US arrivé il y a peu en pigiste, a livré son premier bon match en tournant à 21 points, Boungou Colo à 18 et Michineau à 15.


2. L'entame. 6 points de retard sur les deux premières minutes (0-6), une défense un peu soft et une avalanche de tirs à trois-points prise pleine face, l'outsider auvergnat a connu un début de rencontre délicat face au représentant de l'élite : « La Coupe de France, les joueurs se posent toujours la question de comment la jouer, dans l'investissement physique, même quand on les prévient, expliqua Guillaume Vizade. Et souvent, l'intensité va crescendo. Là, ça a été clairement le cas mais je pense qu'on les laisse un petit peu trop s'installer dans le match, on rentre de manière un petit peu trop prudente. On est un petit peu permissif. On aurait dû être beaucoup plus dans la contestation dès le début pour qu'ils comprennent le type de défense qu'ils allaient rencontrer. Je pense qu'on les a trop laissé prendre confiance, notamment Wayns, leur meneur, qui sortait de deux premiers matchs de Pro A un peu difficiles. Je pense qu'on aurait dû le mettre plus sous pression dès le début de la rencontre. Là, ce sont eux qui ont puni nos erreurs, ils ont été très précis, et notamment dans l'adresse à trois-points (7 paniers réussis sur 8 tentés en 20 minutes). »


3. Le jeu et les joueurs.  Dans cette défaite, au-delà du répondant de la JAVCM, joue bien évidemment ce qu'est à même de proposer un adversaire issu de l'étage supérieur : « Je ne pense pas qu'on ait été surpris par ce que proposait une équipe de Pro A. Même s'ils ont des profils de joueurs différents par rapport à ce qu'on rencontre en Pro B. Des profils physiques. C'est beaucoup plus "long" : sur chaque poste, hormis celui de meneur de jeu, il y a un peu plus de taille, de longueur de bras mais aussi de polyalence. Dans l'adresse à 3 points aussi, on voit que les joueurs jouent un peu plus loin du cercle, ça écarte le jeu, ça donne une dimension supplémentaire dans les espaces à couvrir. Et ça, c'est quelque chose auquel il a fallu s'adapter et en cours de match, je trouve que mes joueurs l'ont bien fait. »


4. Le verdict. Au delà des petites restrictions de départ, Guillaume Vizade affichait, comme son homologue francilien, une certaine fierté : « Levallois a inscrit 51 points en première mi-temps et 29 en seconde. Je pense que tenir une équipe de Pro A, même diminuée mais où ils restaient quand même quelques internationaux et quelques jeunes joueurs très intéressant, à 29 points en une mi-temps, c'est quand même très bien. On a réussi à faire les efforts suffisants pour revenir dans le match. Et notamment par l'intensité, même si c'est peut-être seulement dans les 5 dernières minutes qu'elle s'est vraiment exprimée. »

 

Jean-Philippe Béal

Commentaire