Actualité sportive en auvergne



Photo © AFP

Une "journée terrible" pour Romain Bardet

Depuis l'étape de La Pierre-Saint-Martin en 2015, on n'avait jamais vu Romain Bardet connaître une telle défaillance en montagne. Laché par les autres favoris dans l'ultime ascension de la journée, Romain Bardet a terminé à 2'36" du vainqueur du jour, Nairo Quintana. L'Auvergnat, désormais 8e du général, voit le top 5 s'éloigner.

Romain Bardet a réalisé la mauvaise opération de la journée, ce mercredi, lors de la 17e étape du Tour de France entre Bagnères-de-Luchon et Saint-Lary-Soulan (65 km). Lâché dans l'ascension finale par les principaux favoris, le Brivadois, qui avait demandé à ses coéquipiers de rouler dans la deuxième ascension de la journée, a terminé 13e de l'étape, à 2'36" du vainqueur du jour, Nairo Quintana. « Ça a été une journée terrible, résumait Romain Bardet, au bord du malaise quelques minutes après l'arrivée au micro de France Télévisions. J'ai connu une terrible défaillance dans le dernier col. Les jambes ne répondaient tout simplement pas. Mon corps ne pouvait pas me donner plus aujourd'hui. J'ai fait le maximum, mais c'est la loi du sport. C'est très malheureux, mais il faut l'accepter. »

Le Brivadois, qui avait demandé à ses coéquipiers de rouler dans la deuxième ascension de la journée, le col de Val Louron-Azet, a reconnu avoir eu de « bonnes jambes » jusqu'à cette dernière montée. « J'ai vraiment senti que je manquais de sucre. J'ai eu des maux de tête, j'étais vraiment pas bien. J'étais obligé de monter à mon tempo. J'étais complètement bridé, incapable d'accélérer. On se prépare pendant des mois, mais c'est la loi du sport, c'est comme ça. » 

Désormais 8e du général, à 5'13" du Maillot Jaune Geraint Thomas, le Brivadois a fait une croix sur le podium et peut-être sur le top 5.
Commentaire