Actualité sportive en auvergne



Photo © BERND THISSEN

Un Julian Alaphilippe encore en rodage

Après un Tour de France éreintant, Julian Alaphilippe était engagé ce week-end sur les GP de Québec et de Montréal. S'il s'est porté à l'attaque, le leader de la formation Deceuninck - Quick Step semble encore manquer un peu de jus. Il lui reste deux semaines avant les Mondiaux pour parfaire sa condition.

Julian Alaphilippe l'avait dit et répété, il avait terminé le Tour de France sur les rotules. Physiquement et mentalement, le leader de la Deceuninck Quickstep avait laissé des plumes lors d'un mois de juillet inoubliable pour lui.

Après avoir repris la compétition fin août au Tour d'Allemagne, le récent cinquième de la Grande Boucle participait ce week-end aux deux courses canadiennes : le Grand Prix de Québec vendredi et le Grand Prix de Montréal ce dimanche. Des parcours relativement similaires à ce qu'il retrouvera le 29 septembre prochain lors des Mondiaux au Yorkshire (Grande-Bretagne). L'objectif principal étant pour lui de se jauger par rapport à la concurrence. 

Premier constat : Alaphilippe n'a rien perdu de son mental de puncheur. Après avoir terminé septième du sprint remporté par Micheal Matthews au Grand Prix de Québec vendredi, le Français s'est porté à l'attaque dans les ultimes kilomètres à Montréal, ce dimanche. Accompagné de Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale), Julian Alaphilippe a failli signer une 13e victoire cette saison. Les deux cyclistes tricolores se sont fait reprendre à 300 mètres de la ligne par le peloton réglé par le Belge Greg Van Avermaet. Une course que Julian Alaphilippe termine finalement à la 13e place. 

Là est le deuxième constat, il manque encore un peu de jus à Alaphilippe pour créer à nouveau les différences qu'il faisait en début de saison. Il lui reste encore deux semaines pour peaufiner tout cela. Deux semaines qui ne seront pas de trop... La concurrence promet d'être rude du côté du Yorshire. Les Sagan, Van Avermaet et autres Matthews semblent être en parfaite condition. Sans oublier bien évidemment les jeunes coureurs aux dents très longues que sont Mathieu Van der Poel ou Remco Evenepoel. Mais on l'a vu tout au long de la saison : avec Alaphilippe rien ne semble impossible !

Arnaud Clergue

Commentaire