Actualité sportive en auvergne



Photo © DR

Toulouse - ASM : la finale décryptée par Audebert

Alexandre Audebert a observé cette finale de Top 14 entre Toulouse et l'ASM (24-18) en spectateur averti. L'ex-troisième ligne clermontois - forcément triste pour son ancien club - a apprécié la maîtrise collective du Stade Toulousain qui est « logiquement récompensé au vue de sa saison ». Il nous a livré son analyse du match.

La clé du match

« J'ai trouvé que Toulouse avait eu une belle maîtrise du match sur les fondamentaux, à savoir la conquête et la défense. Ils ont été exemplaires dans ces domaines en étant peu pénalisés et très efficaces. Cette maîtrise a complètement éteint les velléités offensives de l'ASM. Clermont a été coincé, n'a pas pu mettre son jeu en place et n'a pas été en mesure d'accélérer le jeu comme il sait le faire. Je n'aurais pas parié sur cette maîtrise toulousaine avant le match. Clermont a presque été pris à son propre jeu pour le coup. Jusqu'à maintenant, on avait vu une équipe toulousaine très jeune, enjouée, dynamique... mais qui faisait des fautes tactiques, notamment en demi-finale contre La Rochelle. Là, ils ont su ne pas reproduire ces erreurs, ils ont même été assez classiques. Mais, cela ne les a pas empêchés d'être à l'initiative. Ils ont parfaitement gérer leurs temps forts et leurs temps faibles. On a globalement senti un collectif très soudé et très homogène »

 

Ce qui a manqué à l'ASM

« Il a manqué à l'ASM cette capacité à prendre des initiatives sur le plan offensif. Habituellement, le point fort de Clermont, c'est sa capacité à déstabiliser ses adversaires en enchaînant des séquences rapides qui lui permettent de gagner les duels. Là, la dynamique clermontoise a été un peu freinée. Les individualités auvergnates ont aussi été éteintes. Raka est quasiment sorti à l'heure de jeu, Fofana aussi... On sentait qu'à la mi-temps il y avait eu une situation de crise à gérer. A un moment, il a fallu faire des choix pour lancer une nouvelle dynamique. La blessure d'Iturria, avant le match, a aussi eu un impact. Il n'y a rien à redire quant à la prestation de Cancoriet. Ce n'est pas ça. Par contre, cela a un impact sur le collectif parce que tu perds un élément structurel de ton équipe. Même si les joueurs sont préparés à ça (tous les éventuels pépins sont anticipés en amont), il n'empêche que ça déstabilise toujours un petit peu. »

 

L'homme du match

« Si devais choisir un joueur, ce serait Thomas Ramos. Il n'a pas fait une partie extraordinaire, mais quand on voit le match qu'il a pu faire la semaine dernière et celui qu'il a fait ce samedi soir... Tu te dis qu'il a su rebondir et trouver les ressorts pour sortir la tête de l'eau. Je l'ai trouvé cohérent et efficace. Puis, Ugo a eu les c... de le remettre en finale, face à Clermont qui n'est pas la première équipe venue. »

 

Propos recueillis par Vincent Balmisse

Commentaire