Actualité sportive en auvergne



Photo © Sylvain Néron

Séries : le chiffre du week-end

5

Comme le nombre de leaders qui se sont succédé au sommet du championnat Pré-Fédéral qui s'est achevé, ce week-end.

Dans une poule plus homogène que lors des deux dernières saisons dominées tour à tour par Riom et Montluçon, Cusset, Brioude, Moulins, Saint-Simon et Bort, les cinq formations à la lutte jusqu'au bout pour les quatre places en phases finales, ont effectué un incroyable chassé-croisé tout au long des 22 journées.

En tenant compte des égalités, des reports et des tours d'exemption, Cusset qui finit à la première place de la poule suite à son succès sur Moulins (16-10), dimanche, est l'équipe qui aura mené le plus souvent les débats en étant 13 fois au commandement, dont 7 fois de suite entre la 5e et la 11e journée.

Son dauphin, Brioude, dont la série de 11 victoires consécutives a pris fin dimanche à Mauriac (7-29), a abandonné la première place sur le fil reprise la semaine passée suite à la journée de rattrapage. Au total, les Brivadois, qui n'ont été leaders qu'à partir de la 14e journée, auront été 7 fois aux avant-postes.

Moulins juste une fois leader

Suit, avec 5 week-ends aux commandes de Pré-Fédéral, Bort. Les Corréziens, cinquièmes et éliminés, à qui les matchs en retard et la péréquation contre Les Ancizes auront coûté cher, avaient réalisé le meilleur départ en étant devant à la 1re, 2e et 6e journées. Leurs deux derniers passages devant remontent aux 12e et 13e journées.

Saint-Simon, qui a coiffé Bort dimanche pour la qualification en battant La Plaine (42-7) avec le bonus, avait aussi effectué un excellent début de championnat en étant trois fois leader de la 4e à la 6e journée.

Troisième et qualifié dès la semaine dernière, Moulins n'a été étonnamment qu'une fois à la première place lors de la 14e journée et encore il a partagé à ce moment-là le fauteuil de leader avec Brioude. Un championnat n'est pas un sprint mais une course de régularité que les Moulinois ont su parfaitement maîtriser.

 

Vivian Massiaux

 

Commentaire