Actualité sportive en auvergne



Photo © Jean-Louis GORCE

Salesse (HBCAM 63) : "On n'avait rien contre Sébastien mais..."

Au HBCAM 63, les coulisses sont plus agitées que l’aire de jeu. Alors qu’il est plus que jamais lancé dans la course à la montée en D2 féminine, le club auvergnat a fait parler de lui cette semaine avec la mise à l’écart de son entraîneur Sébastien Modenel au profit de son adjoint Jamal El Kabouss. 

Cette annonce, via un communiqué publié mardi soir, a beaucoup surpris... jusqu’au principal intéressé ! Contacté ce mercredi, Sébastien Modenel avoue ainsi n’avoir rien vu venir. « Si on m’avait dit que ça n’allait pas ou si les résultats n’avaient pas suivi, j’aurais compris. Là, on est deuxième à un point de la tête... », explique celui qui a été prévenu mardi par un coup de fil de son président Vincent Salesse.

« On n’a rien contre Seb (Modenel), répond pourtant ce dernier. On sait ce qu’il nous a amené et on va lui donner l’occasion de nous montrer ce qu’il vaut dans un nouveau rôle sur les derniers mois de la saison. Le comité directeur, à l’unanimité, a simplement estimé qu’il fallait faire quelque chose, sinon on allait dans le mur. »

Toulouse, un tournant

Et le dirigeant clermontois d’argumenter cette décision : « En début de saison, nous avions établi que Seb serait accompagné d’un nouvel entraîneur en la personne de Jamal (El Kabouss), et qu’après une année de transition, ce dernier, qui a les diplômes pour entraîner en D2, serait coach de l’équipe. Dans le même temps, on a senti que la bonne entente entre les deux commençait à se fissurer et que les performances déclinaient. Face à des formations qui ne disposent pas de nos moyens, on ne voyait pas de vraie différence. »

« Il faut comprendre qu’on a vraiment une équipe au-dessus du lot », insiste Vincent Salesse pour qui le nul récent chez le leader toulousain (32-32) a sonné « comme une défaite. On était largement supérieur ! Et aujourd’hui, on n’a plus notre destin en main. »

« Quand des filles (*) appellent leur coach “papa” »

Le dirigeant évoque aussi « une cassure » et une « adhésion perdue » du coach auprès de ses joueuses, qu’il espère voir désormais plus libérées. À commencer par la pépite du club, Lucie... Modenel (16 ans), fille de l’entraîneur écarté. « Quand des filles (*) appellent leur coach “papa”, cela crée des tensions et des privilèges. Je suis sûr que ce sera mieux pour Lucie. »

La décision actée, Vincent Salesse attend désormais une victoire et un nouvel élan de son équipe, samedi, à domicile, contre Narbonne. « C’est mission commando ! On donne les clés du camion à Jamal El Kabouss, un coach qui a un peps incroyable et une grosse connaissance du handball. Il reste neuf matchs, il faut les gagner et espérer que Toulouse trébuche pour monter. »

Meurtri mais refusant de polémiquer, Sébastien Modenel espère la même issue. « Je souhaite travail et réussite à toutes et à tous pour atteindre l’objectif. Avant de conclure : « À ce jour, je ne fais plus partie du staff du club et aucune mission de poursuite à un autre poste ne m’a été proposée. Mais si ce jour vient, j’étudierais la proposition. »

 

(*) Sa soeur, Valentine Modenel, évolue également au HBCAM.

 

Frédéric Verna

Commentaire