Actualité sportive en auvergne



Photo © Jean-Louis GORCE

Renaud Lavillenie, rentrée en altitude ce jeudi soir

La rentrée, ce jeudi soir (à partir de 18 h 10), en Savoie. À Tignes, le perchiste clermontois Renaud Lavillenie espère lancer sa saison et son année 2019 à la même altitude qu’en 2018.

Tignes, son décor de Noël. Quelque 2.100 m d’altitude, un blanc manteau et un beau complexe sportif indoor élevé en 2013 au centre de la station de ski : le Tignespace, au parrain bien connu, Jean Galfione. Où, comme l’an passé, Renaud Lavillenie réalisera son tout premier concours 2019. Première de l’année à replacer dans le contexte du indoor.

 

« Sur une saison en salle, saison courte et assez intense, il ne faut pas se rater. Pour moi, rappelle le Clermontois, il y a des points importants, la première compétition en est un, ainsi que le All Star et les championnats ».

 

« C’est le moment où je peux me faire plaisir »

 

D’où le choix du cœur pour le Clermontois. « Tignes, l’année dernière, j’avais vraiment adoré. Ici on a la chance d’avoir de très bonnes conditions, tout ce qu’il faut pour se faire plaisir tout en s’oxygénant à la montagne. C’est une compétition bien pour faire sa rentrée, reprendre les repères ; ce serait dommage de s’en passer ».

 

Une compète de rentrée « sympa et conviviale » aussi. Quasi entre amis. « Dans un mois, je le sais, j’aurai besoin de plus d’intensité, de plus de concurrence. Mais là, c’est le moment où je peux me faire plaisir, rester dans le côté ludique de ma discipline. J’ai choisi les perchistes qui allaient sauter avec moi, mon petit groupe, en gros : Stanley Joseph, Romain Gavillon, Jules Cyprès, qui s’entraîne deux jours dans la semaine avec nous, Ethan Cormont, un petit jeune prometteur, et les frères Collet, Thibault et Mathieu. L’objectif, c’est de passer un bon moment ».

 

Mais pas une villégiature, non plus. « Au­-delà de tout ça, on axe tout sur la performance », recentre Lavillenie. « Personnellement, je reviens pour faire au moins la même perf que l’an dernier ». Soit 5,81 m, la barre des 5,91 m ayant, pour mémoire, juste été touchée. Car la perf de rentrée reste un marqueur. « Je fais toujours des rentrées à “80” à peu près. Si c’est le cas, généralement la saison s’annonce plutôt bien. C’est toujours plaisant de bien la lancer même si le plus important est de bien la finir ».

 

« J’axe plus mes séances sur la qualité »

 

Les critères du lancement savoyard, en tout cas, sont réunis. La forme : « Dans l’ensemble, bien. Toujours des petits trucs à gérer au niveau des genoux, mais bien mieux que l’an dernier ». L’entraînement : « J’axe plus sur la qualité, je mets plus de puissance dans les sauts et les engagements e t ça répond directement ».

 

Bref ! « Tout ce qu’on a mis en place avec le coach (Philippe d’Encausse), le kiné (Yan Cayot) et le docteur (Nicolas Lamaudière), a été efficace ». Jusqu’au travail des 16 foulées. Avec une séance le lendemain de Noël, une après le premier de l’an, une autre avant de partir à Tignes et enfin une dernière sur place, mardi après­-midi. Un élan réduit mais seulement pour Tignes et Nevers…

 

 

Sa saison hivernale

 

10 janvier. Tignes.

19 janvier. Nevers (Perche Elite Tour).

27 janvier. Paris-Bercy.

1er février. Berlin.

9 février. Rouen (Perche Elite Tour).

17 février. Miramas (championnats de France).

24 février. Clermont (All Star Perche).

1 et 2 mars. Glasgow (championnats d’Europe)

Commentaire