Actualité sportive en auvergne



Photo © Thierry NICOLAS

Quentin Navarro : objectif podium aux "France" espoirs

S'estimant "en forme", l'Auvergnat d'adoption Quentin Navarro espère profiter de ses bonnes sensations pour s'octroyer une médaille chez les espoirs (19-22 ans), aux championnats de France de cyclo-cross, ce samedi 11 janvier à Flamanville (Manche).

De loin le cyclo-crossman le plus performant, depuis quelques hivers, en Auvergne, Quentin Navarro s'est donné des objectifs élevés aux championnats de France de la discipline, ce week-end à Flamanville, dans la Manche.

Pour sa dernière année en catégorie espoirs (19-22 ans), le jeune homme domicilié près de Clermont et salarié dans une entreprise cournonnaise ambitionne de décrocher une médaille. En bronze, davantage dans ses cordes que les métaux les plus précieux.

"Tout peut arriver. On verra bien..."

"Je pense être en forme et j'aimerai bien monter sur le podium. Il y a deux coureurs qui sont très forts : Antoine Benoist (le tenant du titre) et Mickaël Crispin (le vainqueur de la Coupe de France de la catégorie). Derrière, c'est plus ouvert. On est cinq ou six à pouvoir espérer la troisième place. C'est une course d'un jour, tout peut arriver. On verra bien..."

L'espoir auvergnat de la discipline sort d'un stage à Villefranche-sur-Saône, en compagnie de Francis Mourey, multiple champion de France élite et s'est donc bien préparé à répondre présent ce week-end. 

Un peu émoussé physiquement, il n'a pris que la 22e place du cyclo-cross UCI de Troyes à la suite de cette grosse séquence d'entraînement, samedi 4 janvier, mais il a retrouvé le rythme dès le lendemain à Chablis, sur une épreuve régionale terminée au pied du podium (4e).Quentin Navarro a collectionné les victoires cet hiver sur les épreuves auvergnates.

Quatrième de la Coupe de France espoirs

Quatrième, cela a été aussi sa place au classement final de la Coupe de France de cyclo-cross. Une déception, parce qu'il ne lui a manqué qu'un point pour monter sur la boite, à l'issue des trois manches disputées cet hiver.

Il aura peut-être sa revanche ce week-end dans la Manche, sur un circuit qu'il a pu reconnaître la veille de la course. Une épreuve qui pourrait être sa dernière de la saison, à moins qu'il soit vraiment très performant.

Le coureur originaire du Doubs se verrait bien poursuivre jusqu'aux championnats du monde, début février en Suisse (Dubendorf). Ou au moins jusqu'à la manche française de Coupe du monde, le 19 janvier à Nommay, en pays de Montbéliard. Il faudra s'y sélectionner. Et pour cela, sortir le grand jeu ce samedi (15 h 15), à Flamanville, durant les cinquante minutes de course.

Raphaël Rochette

 

Commentaire