Actualité sportive en auvergne



Quand Vincent Clerc sert des clients au McDo d'Aurillac

« Quand tu vas au McDo et que tu es servi par Vincent Clerc, grande star du Stade Toulousain. » La publication de ce client, étonné de tomber sur l'ancien international du XV de France au service dans ce restaurant rapide d'Aurillac (Cantal), a suscité de nombreux commentaires, oscillant entre la surprise et le doute.

Voir l'ex-ailier toulousain Vincent Clerc en tenue de service, plateau en main, apporter des boissons, hamburger-frites, relève de l'insolite. Certains ont même cru au sosie. « Il portait la commande à différentes personnes, dans quel but je ne sais pas, se pince un client. Trois heures après, je me demande encore pourquoi il était là. » Et, information prise auprès de l'intéressé, c'était bien lui, ce mercredi 4 décembre, vers 19 heures.

Parrain de La Maison des parents

Depuis une quinzaine d'années, Vincent Clerc parraine La maison des parents de la fondation Ronald McDonald. « Ces maisons sont conçues pour accueillir la famille dont l'un des proches est malade et elles sont parrainées par des personnes qui ont une certaine notoriété, précise Mathieu Gobeaud, gérant du McDonald’s aurillacois. Son implication est très forte parce qu'il est aussi présent auprès des familles. »


Le restaurant aurillacois accompagne depuis plusieurs années des maisons situées à Toulouse, auprès desquelles Vincent Clerc est investi. Lors d'une rencontre dans l'une de ces maisons, l'ancien joueur et le gérant conviennent d'une visite du premier chez le second.

« Il voulait savoir comment, à distance, on pouvait les aider et l'idée est née de venir voir comment nous fonctionnons, il a fait le choix de partager ici cette expérience et de découvrir notre métier »

Mathieu Gobeaud (Gérant du McDo d'Aurillac)

Promesse a été tenue. Durant trois jours, Vincent Clerc a enfilé la tenue des employés et mis la main à la pâte. « Beaucoup de personnes du McDo donnent de leur temps et de leur énergie pour aider les maisons et ainsi permettre à beaucoup de familles d'en profiter, confie-t-il. Je m'étais promis de partager leur quotidien et de me mettre en immersion avec elles. Je trouvais ça chouette de partager ça et de leur raconter tout le bienfait de leurs actions. »

Son expérience aurillacoise a pris fin samedi 7 décembre, au lendemain d'une défaite du Stade Aurillacois à l'extérieur, à Carcassonne (16-21). C'est là le seul regret de Vincent Clerc qui « voul[ait] voir jouer Jimmy Yobo sur le terrain ». Ce sera une occasion supplémentaire de revenir dans le Cantal.

Malik Kebour

Commentaire