Actualité sportive en auvergne



Photo © Francis CAMPAGNONI

Première en rallye pour Nathanaël Berthon

Nathanaël Berthon fait équipe avec Benjamin Mondière, ce jeudi, lors du rallye de la Coutellerie et du Tire-Bouchon. Engagé en promotion, ce sera une première pour le pilote auvergnat.

Ce sera différent et obligatoirement dépaysant. Malgré un programme important dans sa saison, Nathanaël Berthon a en effet relevé le défi et fera équipe avec Benjamin Mondière, co-pilote de rallye, ce jeudi, lors de la 51e édition du rallye de la Coutellerie et du Tire-Bouchon organisé par l'ASA Dome Forez et l'Ecurie Chignore Courpière autour de Saint-Rémy-sur-Durolle.

Une participation dans un cadre particulier toutefois. Le duo sera en effet engagé en Promotion, mais il ne concourt pas pour le classement général de l'épreuve. « On est dans la course, précise Benjamin Mondière, car on emprunte les spéciales après la direction de course et avant les voitures ouvreuses et les concurrents, mais on n'est pas classé ».

Une première expérience

L'équipage Nathanaël Berthon - Benjamin Mondière prendra ainsi le départ au volant d'une Lexus LC, une voiture de série, sportive et hybride développant tout de même 360 chevaux. Un véhicule mis à leur disposition par le concessionnaire clermontois de la marque.

« Nathanaël va faire ses premiers pas dans le milieu du rallye, poursuit son co-pilote. Il a un programme très dense et il m'a fait confiance en me laissant tout préparer en amont. On avait parlé de faire un rallye ensemble. C'est bien d'y parvenir ».

« Si proche des 24 heures du Mans (15 et 16 juin, NDLR), je ne pouvais pas disputer ce rallye comme les autres concurrents, précise le pilote. Mais dans le futur, pourquoi pas essayer. C'est une possibilité et je reste ouvert. En tout cas, j'apprécie d'évoluer juste à côté de chez moi, comme à la maison, d'être proche de ceux qui me soutiennent dans ma carrière, comme mes partenaires locaux, des passionnés du sport auto et rencontrer les personnes du monde du rallye ».

 

Jean-François Nunez

Commentaire