Actualité sportive en auvergne



Photo © BOILEAU FRANCK

Perez (Clermont Foot) : "Je me suis accompli ici"

Manu Perez a eu du mal à contenir ses larmes au moment de dresser le bilan de ses deux ans à Clermont. « J’ai passé deux saisons incroyables ici », estime le milieu qui jouera à Lens l’an prochain.

Que retenez-vous de ces deux années pa ssées à Clermont ?

« Certes, j’ai un challenge et un projet excitants qui m’attendent (NDLR : Perez s’est engagé pour trois ans avec le RC Lens). Humainement et sportivement, j’ai passé deux années incroyables. J’ai trouvé à Clermont ce que j’ai cherché tout au long de ma carrière. J’ai vécu quelque chose de fort ici. Quand je suis arrivé, personne ne me connaissait. Je voulais me relancer. Je me suis accompli dans le football ici. Surtout, je repars avec beaucoup d’amis. Pourtant dans le milieu du foot, on ne s’en fait pas beaucoup. Je mesure la chance que j’ai eue. »

Sportivement, il n’y a pas de frustration de ne pas avoir fait mieux ?

« On peut avoir des regrets car nous avions le potentiel pour finir dans les cinq premiers l’an dernier et cette saison aussi. On aurait mérité de jouer au moins une fois les barrages. Vu ce que l’on a produit, cela aurait été logique. Mais si on est à cette place, c’est aussi qu’il y a eu des manques. »

Vous avez toujours été élogieux envers le coach Pascal Gastien.

« En Ligue 2, le plus important c’est l ’ entraîneur, pas les joueurs. On a passé deux années incroyables où on venait tous les matins s’entraîner avec plaisir. Il est arrivé avec un projet de jeu et un projet de vie auxquels tout le monde a adhéré. Il a réussi à nous sublimer. »

Vous avez eu aussi cette grave blessure en mars 2018 (rupture d’un tendon d’Achille).

« Cela a été un moment difficile car j’ai eu le sentiment d’abandonner mes coéquipiers. Je voudrais redire un grand merci au staff médical avec qui on a bien bossé pour que je revienne dans les meilleures conditions. Cela a été long mais je suis revenu avec beaucoup d’envie et d’enthousiasme. »

 

Didier Cros

Commentaire