Actualité sportive en auvergne



Photo © Thierry NICOLAS

NF3 : Beaumont pour une relance, Vichy pour un exploit

Logiquement dominé à Tours, Beaumont veut repartir de l’avant devant Laguenne. La JAV, elle, se déplace à l’ASPTT Limoges. Où rien ne sera facile. 

US Beaumont ­- US Guennoise (Halle de la Mourette, ce dimanche, à 15 h 30). Après son revers à Tours, où toute chance d’exploit face au leader s’était trouvée réduite à néant en étant trop vite distancée, l’USB retrouve La Mourette, ce dimanche. Les filles d’Aurélie Cibert tenteront de recoller au classement à des Guennoises victorieuses à l’aller (78-69) à l’issue d’un match de « montagnes russes » : « Leur secteur intérieur est intéressant. Pour notre part, contrairement à ce qu’on a fait à Tours, où on n’était pas dans les bonnes intentions dès le départ, nous devrons rentrer tout de suite dans le match, défensivement et dans l’intensité », annonce la technicienne usébiste qui devrait pouvoir disposer d’un groupe au complet.

 

ASPTT Limoges - JA Vichy (ce dimanche, à 15 h 30). C’est la dernière chance pour les Vichyssoises (10es). Une victoire à Limoges serait la bienvenue dans la course à la 9e place, en cas de repêchage. Place qu’occupe l’ASPTT après sa victoire surprise, dimanche dernier, à Saran (59-­41), actuel deuxième. « Ce résultat complique encore plus notre tâche, avance Franck Cifarelli, l’entraîneur javiste. C’est simple : il nous faut décrocher la victoire. En cas de défaite, nous n’aurons plus aucune chance de maintien. Le point-­average, pour l’instant de + 9 en notre faveur, ne servira plus à grand­-chose. » Pour se déplacer à Limoges, à 10 joueuses, Franck Cifarelli fera appel à 3 éléments de la réserve. Histoire de faire souffler ses cadres et de suppléer en cas de fautes personnelles. « La motivation doit nous habiter, ajoute le coach. C’est le genre de match où il faut se transcender, ne rien lâcher. Pour avoir une chance de gagner, il nous faudra répéter nos séquences offensives qui font notre force, tout en minimisant les pertes de balle. Et surtout, ne pas jouer dans la précipitation. »

 

Jean-Philippe Béal et Michel Prémoselli

Commentaire