Actualité sportive en auvergne



Sports nature Course à pied Trail
Photo © Franck Boileau

Montée du puy de Dôme : Bizet sans fausse note [classement complet]

Ivan Bizet a survolé, ce samedi, La montée du puy de Dôme. L’Isérois a en effet couvert les 14,8 km et avalé les 1.077 m de dénivelé positif en 1 h 12’ 52’’, reléguant Cyril Mulot, son dauphin, à plus de huit minutes.

Il est parti piano, avant d'aller crescendo et de finir allegro. Ivan Bizet a construit sa victoire comme on compose une œuvre musicale, ce samedi, pour la 44e édition de La Montée du puy de Dôme. Après ses succès sur cette épreuve en 2010 et 2014, l'Isérois implanté dans l'Allier a donc signé le triplé, terminant avec plus de huit minutes d'avance sur Cyril Mulot, deuxième, en 1 h 21'08''.

« Je gagne ici tous les quatre ans, s'est-il amusé, quelques secondes après avoir franchi la ligne d'arrivée devant la salle de pique-nique, à 1.465 m d'altitude. C'est seulement le hasard du calendrier et les aléas de la vie ». Sa victoire en 1 h 12' 51'', son temps pour parcourir les 14,8 km (1.077 m de dénivelé positif) menant de la place de Jaude jusqu'au puy de Dôme n'est pas du tout fortuite en revanche.

Ivan Bizet a non seulement signé un excellent chrono donc, mais il connaît parfaitement l'épreuve proposée par l'équipe de la FSGT du Puy-de-Dôme. Un rendez-vous où la pente moyenne de 7,7 %, avec des passages à plus de 12 % à certains endroits, demande une grande maîtrise de ses efforts.

Le futur vainqueur a assez rapidement placé son maillot jaune en tête de l'imposant peloton de 430 coureurs parti de la statue de Vercingétorix. Il a surtout parfaitement géré sa montée avec une bonne dose d'intelligence tactique et pas mal d'expérience également pour réussir à se défaire de la concurrence, à commencer par Cyril Mulot.

« Cette victoire, je la dédie à ma femme »


« Je suis parti prudemment, car il faisait un peu chaud, résume-t-il. J'ai géré sans me mettre dans le rouge. Je me suis retrouvé seul en abordant La voie romaine. Le secteur clé, c'est le chemin des Muletiers. Il faut pouvoir l'aborder avec beaucoup de lucidité. Avant, c'est une course d'approche. Il faut vraiment en garder sous le pied, ne pas avoir tout donné ».

Ivan Bizet signe en tout cas un beau retour au sommet du puy de Dôme en s'imposant avec une confortable avance. Huitième des derniers championnats de France de course en montagne, il a seulement repris la compétition l'année dernière, après une pause familiale de trois ans.

« Ma femme, Nadia, m'a incité à revenir vers ma passion première et ma spécialité qui est la course en montagne, poursuit-il. Cette victoire, je la lui dédie. C'est elle qui a tout relancé. Je sais que je vais revenir pour faire le contre-la-montre des Muletiers début septembre. C'est un super exercice pour travailler la puissance sur une montée sèche ». Et une opportunité d'enrichir un palmarès.

Commentaire