Actualité sportive en auvergne



Photo © Francis CAMPAGNONI

Le Pellez, vrai carrefour international pour la perche

Stadium Jean-Pellez, 29 août 2019, 15 h 30. Des bribes de conservations remontant de la piste et du sautoir. On entend du français, de l’anglais, quelques bribes de chinois, aussi…

Le Pellez, c’est l’internationale de la perche en cette fin août. Un début de championnat du monde, en fait.
Car c’est bien en vue de Doha, que Je Yao, Huiquin Xu, poulains de Damien Inocencio dans le cadre de sa mission d’entraîneur de perche pour le compte de la Chine, sont actuellement en stage?: « Je Yao a été beaucoup blessé cette année, avec notamment une fracture à un pied », précise le coach clermontois, qui apprécie, en revanche, la montée en puissance de la compatriote du jeune homme?: « Huiquin Xu a passé 4,70 m en juillet. »
Au-delà de son programme classique d’août, Xu aura en tout cas eu la chance de bénéficier d’une partenaire de qualité, sur certaines séances, avec Jennifer Surh, championne olympique 2012 et détentrice, depuis l’hiver dernier, du record du monde en salle de perche (5,03 m).
Plus que du hasard, le résultat d’une opportunité et de réseaux, aussi, pour cette dernière qui, suite à un malentendu, n’avait pu s’aligner sur la Diamond League de Zürich?: « J’ai sauté à Paris et je dois sauter à Bruxelles mais je n’avais pas prévu de rentrer aux USA. Pour m’entraîner, venir quelques jours à Clermont, c’était vraiment “comfortable” ».

« On a été très bien accueillis »

Et intéressant pour Rick Suhr?: « On a été très bien accueillis, les gens sont d’une incroyable gentillesse avec nous. Le stadium est vraiment un bel endroit et le travail avec Damien, un grand coach, intéressant », explique son mari et entraîneur. 
Et du travail, il y en a, à écouter les deux perchistes US?: « J’ai perdu de la confiance. En fait, j’ai, depuis quelque temps, des problèmes de timing, il faut que je le retrouve. »
Pour Doha, ce serait bien. Mais « Jenn » ne se projette pas vraiment?: « Je ne me fixe pas de hauteurs à atteindre. Encore une fois, il y a ce timing à régler, et petit à petit, tout viendra avec. »
« Jennifer a connu des hauts et des bas, relance le coach. Et entre les hauts et les bas, il y a des vallées. On va dire qu’en ce moment, elle est dans une vallée. » Avec vue sur les sommets, c’était en tout cas le but de sa semaine clermontoise.

Jean-Philippe Beal

Commentaire