Actualité sportive en auvergne



Photo © Francis CAMPAGNONI

Le HBCAM 63 garde la main sur la quatrième place

La troisième victoire du HBCAM 63 face à Vaulx-en-Velin (32-31) lui permet de consolider sa quatrième place. En espérant très vite confirmer et faire un petit pas de plus vers les play-offs.

Jamal El Kabouss a certainement poussé un gros ouf de soulagement, samedi soir, à la Maison des Sports. Enora Blezes, revenue sur le terrain pour les dernières secondes du match face à Vaulx-en-Velin malgré un coup sur le genou, a trouvé une lucarne qui a offert la victoire aux HBCAM 63 (32-31). Un succès qui permet aux Métropolitaines de garder leur quatrième place qualificative.

 

C'est une victoire importante avec de l’intensité défensive et aussi une efficacité offensive bien meilleure.

« On savait que la semaine précédant Vaulx-en-Velin serait compliquée au niveau de la fatigue et de la préparation, car cela tombait sur une équipe qui court beaucoup, comme nous. On a des individualités qui ont su faire la différence au bon moment, mais on a aussi connu notre lot de pépins. Maëva De Almeida a pris un coup, Enora Blezes également. Je remets Maëva qui reprend un autre coup, puis Julie Soubies doit sortir pour une seconde exclusion temporaire et elle ne peut plus défendre, Enora enfin qui reprend un coup et ne joue quasiment plus de la seconde période, sauf les dernières secondes. Ce n’est plus du tout la même conception de match. »

 

Un dernier ballon assuré

 

Le début de seconde période n’a pas été simple avec le retour de Vaulx-en-Velin ?

« On aurait dû se le rendre plus facile, mais on prend une infériorité numérique et derrière c’est à couteaux tirés. Elle reviennent à un but, on en reprend deux d’avance, mais elles égalisent à quarante secondes de la fin. Il fallait prendre son temps et marquer. Le temps on ne l’a pas trop pris, mais on a marqué. Derrière, on a été capable d’assurer l’aspect défensif sur le dernier ballon d’attaque de Vaulx-en-Velin. »

Enora Blezes est revenue dans les dernières secondes pour marquer le but de la victoire


Et pourtant vous aviez 7 buts d’avance et cela semblait presque terminé ?

« D’habitude, on accélère dans ce cas là. Et cette fois, on a levé le pied. En D2, on ne peut pas se le permettre. Si on est fatigué, il y a de la rotation. Et là, on a levé le pied avant même d’être fatigué. Forcément, Vaulx-en-Velin a continué à y croire. La balance se fait sur l’aspect psychologique. Notre adversaire revient, espère et accélère, alors que nous on ralentit et on essaye de réaccélérer derrière. On n’est plus dans l’action, mais dans la réaction.

On a un projet de jeu qui nous oblige à défendre le secteur central, là où on doit être le plus fort, et on prend trois ou quatre buts où la joueuse se glisse toute seule avec une défense qui s’ouvre. C’est dommage, car on avait fait notre meilleure première mi-temps depuis le début de la saison. On était appliqué dans tous les domaines. On fait le nécessaire. On met 20 buts et on n’en prend que 16. En seconde mi-temps, on encaisse trop de buts en revanche... »

 

Une semaine sans colleLes tirs lointains de Maëva De Almaida ont obligé la défense vaudaise à sortir et cela a donné plus d'espaces pour ses coéquipières.

 

C’était un tournant et vous avez fait une bonne affaire. Finalement, vous avez connu une petite frayeur et un grand bonheur ?

« Et c'est tant mieux. Cela nous oblige à rester concentré pour le prochain match qui est également très important. Aller gagner à La Rochelle n’est pas une chose aisée. On sait qu’on devra jouer sans colle, ce qui était encore notre cas la saison passée pour les matchs à domicile. On va donc revenir aux basiques et à nos anciennes habitudes. Cette semaine, on va s’entraîner à jouer sans colle. L’idée est d’aller faire un coup là-bas. Si on va chercher un bon résultat, ce serait bien par rapport aux équipes qui sont juste devant ou derrière nous. Cela nous permettrait de faire un petit pas de plus pour assurer la quatrième place. On ne s’interdit pas de rêver, mais il ne faut pas rêver pendant le match. »

 

Jean-François Nunez

Commentaire