Actualité sportive en auvergne



Basket NF3
Photo © Thierry Lindauer

Le basket auvergnat se porte bien

Grâce à son bon bilan de saison, l’Auvergne présentera 8 clubs en Nationale (2 et 3), la saison prochaine. Et sans doute un premier profil pyramidal en féminines comme en masculins. Important avant la fusion.

La mémoire se perd dans les années. Il y a belle lurette, en tout cas, que l'Auvergne n'a pas offert une telle exposition en Nationale. Cinq clubs s'étalaient de N2 à N3 la saison dernière et celle d'avant. Sept en 2017-2018 et avec un taux de réussite élevé qui va monter les engagements auvergnats à huit à la rentrée.

Le bilan de la saison régulière claque, en effet, avec six maintiens et une seule relégation. Promue en NF3, l'US Issoire a fini 12e (2V-20D), mais pas sans emporter de l'expérience dans ses jeunes valises. « On les reverra au meilleur niveau », parie Michel Gilbert.

Avec le retour du Stade et de la JAV


Pour le reste, l'ASM Le Puy est sur le point d'obtenir le maintien sportif ambitionné en NM2, Clermont Basket (15V-7D) clôt le top 4 de la poule L de NM3 où la JAVCM (9V-13D) atteint la 9e place et l'IE Nohanent, avant son mariage avec Royat-Orcines, passe de premier relégable (10e, 7V-15V) à repêché au ranking grâce à la refonte de NM1.

Trois pensionnaires de NM3 qui, dans deux semaines, seront rejoints par un quatrième, le Stade Clermontois ne pouvant plus être rattrapé en tête de Pré Nationale. Alors que, intouchable en féminines, la JA Vichy fera son retour en NF3 aux côtés de Beaumont-ASM (6e, 12V-10D) mais sans doute pas Cournon (1er, 18V-4D)… en lice pour l'accession à la NF2.

En l'occurrence dans de meilleures conditions que l'an dernier. Car le BBCA entame ses play-offs à Furiani, samedi (20 heures), fort de la place avantageuse de deuxième de poule.

Or, si le nombre croissant de clubs constitue la première pierre d'un solide édifice auvergnat en championnats nationaux, une réussite cournonnaise réaliserait un second étage attendu dans un projet de type pyramidal.

« Le meilleur des avenirs serait que nos clubs se maintiennent en Nationale, expose le président de la Ligue d'Auvergne, et qu'on arrive à construire une pyramide au niveau féminin pour que nos jeunes espoirs restent sur le territoire auvergnat. » Sachant que, dans l'idéal, un chef de file masculin serait également le bienvenu sur une agglomération clermontoise qui va compter trois clubs en N3æ Si formation, investissement et, souligne Michel Gilbert, « travail de plus en plus en proximité » des clubs expliquent la progression auvergnate, celle-ci s'avère déterminante avant la fusion Auvergne-Rhône-Alpes (23 juin).

Certes, au moins jusqu'en 2020, l'organisation des championnats de Pré Nationale par secteurs réservera toujours à l'Auvergne un ticket d'accession en filles et un en garçons (comme pour les Alpes, et deux pour le Lyonnais). Mais, au-delà, c'est bien la représentativité du sport auvergnat, son niveau et sa solidité qui seront pris en compte.

Commentaire