Actualité sportive en auvergne



Photo © Rédaction SPORTS

La JAVCM en visite à l’Étoile de Chamalières

Dans le cadre des stages qu’elle organise durant ces vacances de février, l’Étoile de Chamalières a reçu, mardi après-midi, la visite de la JAVCM.

Le club de Pro B avait, pour l’occasion, délégué son coach, Guillaume Vizade, son conseiller sportif, David Melody, et trois de ses joueurs, Andell Cumberbatch, Mehdy N’Gouama et Serge Mourtala. Un groupe métropolitain auquel s’était joint, « l’enfant du pays », Arthur Rozenfeld, le meneur de Bourg-­en-Bresse (Pro A), de passage, lui aussi, au surlendemain de sa finale de Leaders Cup.

Un rendez-­vous rêvé, en tout cas, pour la cinquantaine d’enfants présents de plonger d’une manière complémentaire à leur activité de club et au travail mené durant le stage, dans le cœur de leur passion pour la balle orange. « Le sport professionnel a aussi une mission sociale, éducative et de transmission de valeurs : rigueur, engagement, volonté de se dépasser, nécessité d’avoir confiance en soi. Mais aussi plein de choses que, par essence, notre activité développe : coopération, collaboration, entraide. Et si c’est en lien avec le milieu associatif, ce n’est que du bon sens puisque notre activité a d’abord de l’intérêt parce que beaucoup de gamins jouent au basket », explique Guillaume Vizade.

Et de l’intérêt, les jeunes stagiaires de l’Étoile en ont affiché beaucoup, lors du moment d’échanges qui leur était proposé avec les Javostadistes. Moment qui débuta par une petite leçon d’anglais et de géographie associés lors de la présentation des joueurs, des terres d’origine du New-­Jersey d’Andell Cumberbatch au Niger de Serge Mourtala. Les bonnes réponses fusant de l’assistance, on put poursuivre en parlant purement basket, avec des questions dont le côté très précis voire pointu, parfois, en disait autant de leur culture que de leur réel attachement à leur sport.

Des questions portèrent sur la globalité de la gestion d’une équipe, nombre, durée et constitution précise des séances hebdomadaires ou quotidiennes d’entraînement, problématiques de l’alimentation et de la nutrition, l’ambiance régnant parmi les joueurs...

Mais rien de ce qui concernait le parcours personnel de chacun des invités ne fut oublié, entre « Qu’est-­ce qui vous a poussé à jouer au basket ? », « Quel est votre meilleur souvenir ? », « Quel est votre rêve ? » ou « Avez­vous déjà rencontré des grands joueurs ? » A côté, certaines des interrogations apparurent parfaitement en phase avec des « inquiétudes » légitimes de tout pratiquant : « Peut-­on poursuivre des études tout en jouant au basket à haut niveau ? », « Avez­-vous déjà eu une grosse blessure ? », « Avez-­vous déjà pensé à arrêter votre carrière ? », « Êtes-­vous stressé avant un match ? » Ces échanges ne pouvaient donc trouver meilleure conclusion que la réponse d’Andell Cumberbatch à la question du conseil à donner à de jeunes basketteurs ? « Travailler dur, ne jamais rien prendre pour acquis et rester à l’école. » Pas de problème, à celle de l’Étoile, mardi, ils étaient bien.

Commentaire