Actualité sportive en auvergne



Photo © Frédéric LHERPINIERE

L'alcool sous contrôle sur tous les concours officiels

Dans les prochains jours, tous les joueurs participant à des concours de pétanque officiels seront susceptibles de « souffler dans le ballon ». Explications.

« Tout participant ou toute participante (joueurs ou joueuses et délégués(es)) à une compétition ou manifestation sportive ayant reçu l'agrément de la Fédération devra se soumettre à un éventuel contrôle d’alcoolémie par les personnes habilitées, sachant que le taux maximal autorisé est de 0,50 gramme par litre de sang. Si ce taux est dépassé, le joueur, la joueuse ou le (la) délégué(e), est exclu(e) de la compétition. »

L’article 32 du règlement administratif et sportif 2019 de la Fédération Française de Pétanque et de Jeu provençal est formel, l'alcool est désormais banni des terrains de jeu. Les textes ont été modifiés le 1er janvier 2019 et il s'agit bien là d'une petite révolution de palais. Dans un sport où le petit verre entre les parties était monnaie courante, voire presque une tradition, les instances fédérales veulent désormais redorer l'image de marque de la pétanque. Désormais, toutes les compétitions régionales ou départementales sont susceptibles d'être contrôlées. Des contrôles inopinés qui seront d'ailleurs mis en place dans les prochains jours (entre la modification des textes de règlement et la mise en place effective, il a fallu former et sensibiliser les personnes chargées de ces contrôles). Pour Jean-Yves Théard, le président de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes, cette mesure va en tout cas dans le bon sens. 

« Donner une image plus sérieuse »

« De temps en temps, à la pétanque, certains soirs il y a des choses qui ne se passent pas très bien. Cela nuit à l'image de la pétanque qui souhaite se professionnaliser et donner une image plus sérieuse. Ce n'est pas parce que nous n'avons pas été retenu comme sport olympique en 2024 que nous ne devons pas avancer. Bien au contraire. Peut-être le sera-t-on plus tard... »

Qui pour faire les contrôles ?  Sont habilités à effectuer les contrôles d’alcoolémie : les médecins, sur tout type de compétition ; les membres élus de Comité (s) directeur (s) de la fédération, de Comité régional, et de Comité départemental sur les compétitions relevant de leur champ de compétence. L’habilitation doit avoir fait l’objet d’une décision en Comité directeur de l’instance compétente (fédérale, régionale, départementale).

Car oui, la pétanque était candidate pour intégrer le cercle prestigieux des sports retenus pour les JO de Paris. Si l'image populaire de ce sport n'a pas dû peser dans la balance au final, le problème de l'alcool n'a pas dû aider non plus. Après la réforme concernant la tenue des sportifs (interdiction du jeans, des débardeurs ou des claquettes), la Fédération Française de Pétanque et de Jeu Provençal entend donc poursuivre les efforts. Mais attention, le but n'est pas de nuire aux clubs et aux comités, comme le rappelle le président Jean-Yves Théard. 

« On ne veut pas multiplier ces contrôles. On ne va pas aller sur tous les concours départementaux. On n'en a pas les moyens humains et on n'est pas là pour fliquer. On est là pour dire aux gens de faire attention. On veut voir aussi comment cela va être perçu par les joueurs. »

Quelle sanction ? Le taux maximal autorisé est de 0,50 gramme par litre de sang. Si ce taux est dépassé, le joueur, la joueuse ou le (la) délégué(e), est exclu(e) de la compétition.

A ce propos, de nombreux clubs vont probablement râler dans les prochains jours. Pour la plupart d'entre eux, les recettes de la buvette constituent en effet la principale entrée d'argent. Si l'alcool est désormais contrôlé, les consommations vont obligatoirement diminuer. Il va donc falloir changer de philosophie.
« Je pense que c'est une idée reçue, déclare le président de la Ligue. Il va falloir en effet changer quelques habitudes. Quand vous vendez un sirop ou un café, niveau marge, cela vous rapporte plus que de vendre un apéritif anisé. Les clubs peuvent mener d'autres actions comme au niveau de la restauration par exemple. La bière n'est pas interdite non plus à la vente. La seule chose c'est de ne pas dépasser le taux de 0,5 gramme par litre de sang. » Cela a le mérite d'être clair...

Arnaud Clergue

Commentaire