Actualité sportive en auvergne



Plus Natation
Photo © Photo Rémi Dugne

Geoffroy Mathieu dans le grand bain

Après avoir conservé son titre national sur 200 m dos, le nageur du Stade Clermontois s’attaque aux Europe, le deuxième grand rendez-vous de sa saison.

Première course pour Geoffroy Mathieu dimanche, avec les séries du 100 m dos. Pas vraiment la distance de prédilection du nageur de 21 ans qui reconnaît la vitesse comme son principal point faible. Plutôt l'occasion de se mettre dans le bain et de prendre des repères. Ceux-ci lui avaient manqué lors des Jeux méditerranéens en juin dernier, dans la piscine extérieure de Tarragone (Espagne).

« Le dos en extérieur, je déteste ça. Je zigzague dans la ligne, je me la prends et ça me ralentit. » Résultat : une sixième place sur « sa » course, le 200 m et un temps médiocre de 2'01". Loin de son record de 1'57"04, réalisé lors des championnats de France l'an dernier.

Loin de sa meilleure forme physique, Mathieu relativise. D'autant plus que son année 2018 n'a pas été simple à gérer. « Pour ma deuxième saison, je suis plus attendu, avec davantage de fatigue dans les jambes. » Cela ne l'a pas empêché de remplir ses objectifs : conserver son titre de champion de France et se qualifier pour ces championnats d'Europe. Mardi matin à Glasgow, il plongera avec une seule idée en tête : atteindre les demi-finales du 200 m dos, prévues le soir. « Pourquoi pas passer en finale, si les sensations sont là. »

Il peut compter sur son gros finish pour faire mieux qu'aux Mondiaux 2017, sa première grande compétition internationale. Tétanisé par l'enjeu, il avait terminé dernier temps des séries. « Depuis, j'ai appris à gérer le stress d'avant-course. » Fort de cette expérience, il n'est plus le petit nouveau au sein de l'équipe de France, qui passe de 9 Mondialistes à 33 nageurs pour cette échéance européenne. « J'en vois certains un peu sous tension en pensant à leur bizutage, ça me rappelle moi l'an dernier ( rires). »

« J'ai tout ce qu'il faut à Clermont »


À l'inverse de la plupart de ses camarades, hors de question pour lui d'intégrer un pôle. Le jeune homme se plaît à Clermont. En dernière année de prépa ingénieur, il vit chez ses parents et s'entraîne au Stade Clermontois. « Je n'ai aucun intérêt à partir. Grâce à mon club, j'ai tout ce qu'il faut ici. » Et notamment Bruno Verweirde, son coach depuis 2013. « La performance se construit autour de notre relation. Si j'en suis là, c'est grâce à lui ». Et aux nombreux sacrifices nécessaires pour mener sa carrière de nageur, qu'il espère finir lors des JO 2024. « Ce serait le plan rêvé, une sortie par la grande porte ».

Son programme :

100 m dos: Séries dimanche, entre 9 h 15 et 11 h 30, demi-finales entre 16 h 45 et 19 h 30, finale lundi.

200 m dos : Séries mardi entre 8 h 45 et 11 h 15, demi-finales entre 16 h 15 et 18 h 45, finale mercredi.

Commentaire