Actualité sportive en auvergne



Photo © Pierre COUBLE

Fédérale 2 : Issoire était trop fort pour Orthez

Une victoire qui ne souffre d'aucune contestation. Voilà comment pourrait-on résumer le succès d'Issoire face à Orthez (26-10). Un succès synonyme d'accession en Fédérale 1.

Le résumé. Issoire n'a jamais tremblé dans cette rencontre. Ils sont été de bout en bout supérieurs à Orthez dans ce huitième de finale retour. Sur la pelouse du stade du Mas, les hommes du duo Mathieu Chabaud-Christophe Rodier ont construit leur succès devant. En rugby, c'est là que tout commence et Issoire l'a bien compris cet après-midi. Que ce soit en touche (secteur qui avait été défaillant à l'aller) ou en mêlée, le pack d'Orthez n'a pas existé. Et Issoire en a profité dans le sillage d'un Antonin Raffault en feu qui inscrivait le premier essai après une course de 20 mètres et un raffut dévastateur sur Domon (5-0, 8e). Face au vent, Bourliaud avait du mal à faire fructifier le score en faveur des Issoiriens. Mais l'USI s'en remettait une nouvelle fois à Raffault qui inscrivait son deuxième essai de l'après-midi après une touche sur les 5 mètres adverses. Avec une ultime pénalité inscrite par Bourliaud, Issoire regagnait les vestiaires avec un matelas confortable (16-3).

Mais pas question pour autant de baisser de rythme. Dès la reprise, les Issoiriens poursuivaient leur entreprise de démolition et pointaient un troisième essai par Freddy Cabantous (23-3, 42e). La rencontre aurait pu cependant basculer à la 54e minute de jeu. Florent Benech, coupable d'un mauvais geste, était exclu par l'arbitre. Issoire était réduit à 14... puis à 13 suite à un carton blanc adressé à Simon Chalus (60e). Mais même avec deux joueurs de moins sur la pelouse, Issoire n'a absolument rien cédé grâce à une défense imperméable et agressive dans le bon sens du terme. Orthez parvenait tout de même à faire craquer la défense auvergnate dans les ultimes minutes de la rencontre (26-10, 77e). Mais cet essai demeurait avant tout un baroud d'honneur pour les Béarnais. Issoire était largement supérieur ce dimanche. Les 16 points d'écart en attestant. Issoire est en Fédérale 1 et il n'y a absolument rien à redire.

L'homme du match. Antonin Raffault est le grand bonhomme du jour. Le talonneur s'est mis à la hauteur de l'évenement en livrant une très belle partition. C'est lui qui a lancé la machine issoirienne en effectuant une percée rageuse sur 20 mètres pour aller inscrire le premier essai de la rencontre (8e). Il a récidivé à la 35e minute en effectuant le doublé, récompensant ainsi le travail de tous les avants « mauve et noir ». Défensivement, Raffault s'est envoyé comme jamais. Il a d'ailleurs dû sortir sur blessure à la 44e minute, sous les ovations des supporters du stade du Mas. Agé de 30 ans, Antonin Raffault va arrêter le rugby à la fin de la saison. Il peut s'en aller avec la satisfaction du devoir accompli.

Le chiffre : 13
De la 60e à la 70e minute de jeu, Issoire a dû évoluer à 13 contre 15 suite à l'expulsion de Benech (54e) et le carton blanc adressé à Simon Chalus (60e). Dix longues minutes pendant lesquelles Orthez s'est montré pressant mais au cours desquelles la défense de l'USI na rien lâché. Au final, Issoire n'a pas concédé de point pendant cette période difficile. L'un des tournants de la rencontre.

Arnaud Clergue

Commentaire