Actualité sportive en auvergne



Photo © Thierry NICOLAS

Des Interclubs bien lancés par les Auvergnats

Avec son nul face au TC Paris (3-3) après une victoire sur Montpellier (4-2), le Stade Clermontois, exempt de la prochaine journée, a bouclé une entame réussie en Pro A féminine d’interclubs de tennis. L’ASM garçons, elle, après avoir bien résisté à Bressuire malgré un score sévère (1-5), se déplace, ce samedi, chez un Saint-Malo qu’il faudra dominer en vue du maintien en Pro B.

Après des débuts (très) réussis devant l’ASPTT Montpellier (victoire 4-2), les filles du Stade Clermontois ont largement confirmé leurs excellentes dispositions, mercredi, devant un TC Paris sans Pauline Parmentier mais fortement armé avec les Maria (87e mondiale), Voegele (113e), Millena (139e) et la Française Hesse (249e), obligeant toutes les Stadistes à jouer en « perf ».

« Notre première rencontre devant Montpellier s’était déroulée de façon presque idéale, expose Vincent Monneyron. Vu le déroulement de la journée, partie, sur les premiers matchs, de façon très compliquée mais Gaëlle (Desperrier, relevant de blessure et tout juste en phase de reprise) a vraiment réussi à renverser la situation en donnant tout ce qu’elle avait. Greta (Arn), en avançant dans le court, en imposant sa présence physique, a, elle aussi, réussi à l’emporter. Quant à Robin (Anderson), elle a ensuite vraiment montré de belles choses. Et l’autre satisfaction, c’est aussi le double qu’elle a constitué, associée à Greta. Elles n’avaient jamais évolué ensemble mais ont affiché une belle complémentarité. »

Une belle solidité d’ensemble, confirmée, et comment, devant le champion en titre parisien ! « C’était beau ! C’est beau d’arriver à ça et je pense que ça fait un moment que le TCP n’avait pas concédé le nul ! C’est même dommage qu’on ne gagne pas, à deux points près… », relève Vincent Monneyron, en pensant à son double Arn-Robinson qui, après le succès de la paire Moore-Desperrier, revenue de très loin en sauvant 3 balles de matchs, mena 8-7 dans le super tie-break de la dernière rencontre : « ça a été plutôt une bonne journée, sourit le capitaine stadiste. Et la défaite de Montpellier (2-4 à Thionville, NDLR) nous positionne bien", juge le capitaine d'un groupe "rouge et bleu" exempt, ce week-end et qui pourrait être renforcé, la semaine prochaine pour le déplacement à Saint-Dié, mercredi.

Pierre Montrieul et l'ASM jouent un match très important pour leur maintien à Saint-Malo, ce samedi. Photo Remi Dugne
Du côté de l’ASM, malgré la lourde défaite, prévisible (1-5) devant un Bressuire ne cachant pas ses ambitions, on a pu apprécier cette première à ce niveau depuis plus de 20 ans. Et avec raison car La Gauthière, dimanche, a vécu ce qu’on pouvait appeler une belle fête du tennis, en raison de la présence de quelque 200 personnes venues assister aux rencontres, mais aussi des prestations des joueurs montferrandais : « On a eu le mérite d’avoir des matchs accrochés à chaque fois, ce qui est quand même positif parce que ce n’était pas gagné, on aurait pu s’attendre à une rencontre déséquilibrée or ça n’a pas été le cas. Pour certains de nos joueurs, on n’a pas été loin de matchs références, en tout cas, ça leur a donné de bonnes bases pour la suite. On grapille un points et mine de rien, on est le seul des trois petits de la poule (avec Saint-Malo et Grenoble, NDLR) à avoir réussi à le faire et on est même pas loin d’un deuxième. On aurait pu faire un petit mieux avec mon double associé à Élie mais aussi sur celui d’Antoine (Cornut-Chauvinc) et Pierre (Montrieul) qui sont allés au super tie-break. Mais on ne va pas être trop gourmand non plus : sur notre double, on mène 4-1 au premier set mais on était loin de servir pour le match et eux, sur leur super tie-break, ont été menés 9-0 et étaient donc loin de pouvoir s’imposer. »

Place, maintenant, pour l’ASM, à un déplacement à Saint-Malo, ce samedi, pour le coup, le plus faible de la poule, où il faudra prendre un succès. En espérant être au complet, avec le retour de Kyrian Jacquet : « Gagner est indispensable pour espérer se maintenir », conclut le capitaine des « jaune et bleu ».


Jean-Philippe Béal

Commentaire