Actualité sportive en auvergne



Photo © Jean-Louis GORCE

D'Encausse : "Renaud va prendre le temps de faire tout ce qu'il faut"

La reprise, lundi, puis un stage de deux semaines (2 au 16 avril) aux États-Unis. Avant de s'envoler pour San Diego, l'entraîneur clermontois Philippe d'Encausse fait le point sur les « petits soucis » de Renaud Lavillenie, la saison du recordman du monde, ses « vrais challenges ».

Le tendon du semi-tendineux du genou droit de Renaud Lavillenie est encore un peu inflammé : est-ce un souci pour la préparation ? Cela vous contraint-il à des aménagements ?

« De toute façon, c'est lié à toute personne qui est restée plus de 10 ans au plus haut niveau. Même les meilleurs ont dû respecter des périodes de régénération. Cela va être un peu le futur maintenant parce que, congénitalement, Renaud a des genoux un peu fragiles et il est obligé de gérer ça. Là, il a encore des petits soucis mais on a le temps pour nous, on n'est pas pressé. Il doit juste comprendre qu'il ne peut plus faire les mêmes saisons qu'à une époque. La priorité, c'est de pouvoir s'entraîner sans embêtement. Il lui faut donc suivre tout un protocole de renforcement spécifique pour ses problèmes de genoux ; c'est pas fun du tout, c'est astreignant, mais il doit en passer par là pour pouvoir continuer à être au plus haut niveau. »

Raison pour laquelle vous retournez en Californie et pas au Texas comme l'an dernier, à Austin, où se déroulent les Texas Relays ?

« Avec des championnats du monde fin septembre - début octobre, il n'y avait pas grand intérêt à aller faire une compète fin mars quand bien même Renaud aurait été en pleine possession de ses moyens. Donc, on repart à San Diego. On va dans le centre d'entraînement du comité olympique à Chula Vista, une structure de très-très haut niveau, le top pour s'entraîner. Et pour s'entraîner dehors avec des conditions que l'on n'a pas chez nous. Là-bas, on a prévu de re-sauter un peu lors de la deuxième semaine. »

Quel sera le programme de sa saison ? Une base de Diamond League avant les Mondiaux au Qatar ? 

« Dans l'absolu, vu le format de la Diamond League actuelle, il n'y a plus grand intérêt à s'enflammer. Cela se joue sur un one shot. L'important, c'est de refaire des compétitions lorsqu'il sera à 100% de ses moyens. Là, on a deux mois de boulot devant nous, voire trois mois ; ça laisse du temps. Reprendre à Doha, le 3 mai, c'est anecdotique. Le truc, c'est de re-sauter comme il faut au mois de juin et d'enchaîner ensuite une saison en sélectionnant les compètes auxquelles il a envie de participer. Il a un bon programme de compètes avec des endroits bien comme Monaco, Lausanne. »

Aujourd'hui, quelle peut être son ambition ? 

« Renaud est arrivé à un stade de sa carrière où l'objectif est de continuer à gratter des podiums, gagner des titres qu'il n'a jamais gagnés, regagner les Jeux, des vrais challenges. À 100% de ses moyens, il prendra des médailles et il peut gagner, c'est ça l'objectif. Et c'est ce qu'on lui demande ; il n'a plus besoin d'être à bloc partout, par contre, s'il gagne les JO, ça sera un truc exceptionnel. Ce sont des choses comme ça vers lesquelles il faut se projeter. Personnellement, je suis optimiste pour son retour parce qu'il va prendre le temps de faire tout ce qu'il faut. Ce n'est pas sa nature de passer des heures à faire du renforcement, mais il s'y astreint parce qu'il a bien compris qu'il fallait en passer par là. Quant à sa capacité à revenir à un niveau élevé rapidement, il n'y a pas à être inquiet. En un mois d'entraînement il a failli faire 5,90 m à Tignes, alors en trois mois... »


Francis Laporte

Commentaire