Actualité sportive en auvergne



Photo © Villedieu Franck

Coupe de France : le parcours haut en couleur de l'US Mozac

Avant de défier Saint-Priest (N2), dimanche à 14 h 30 (à suivre en direct commenté sur notre site), l’US Mozac a connu un parcours très riche en Coupe de France, cette saison. L’entraîneur Jérémy Antonio évoque les temps forts de son groupe.

« Si on nous avait dit qu’on allait jouer une N2, on n’aurait pas forcément mis une pièce dessus ». De retour au 6e tour de la Coupe de France avec Mozac, Jérémy Antonio mesure le chemin parcouru par son groupe. Avec autant d’embûches que d’enrichissements.

Poussé « au tie-break » par Saint-Gervais-d’Auvergne

Après un premier tour bien négocié à Royat (victoire 3-0 chez le club de D2), Mozac est passé par toutes les émotions face à Saint-Gervais (D1), fin août. Un score « tennistique », 6-6, et une qualification 7-6 aux tirs au but, dans un véritable ascenseur émotionnel.

« C’est incompréhensible, se souvient le coach de l’USM. On menait 4-1 à la mi-temps, avec beaucoup d’occasions. On s’est relâché après la pause et Saint-Gervais est revenu pour mener 5-4 à la 90e. Mais on égalise juste avant la fin. On mène 6-5 en prolongation, puis on passe aux penalties ».

Aujourd’hui, l’entraîneur mozacois mesure l’impact d’une telle rencontre : « C’est le match qui nous a fait du bien. On a vu qu’on ne pouvait pas se relâcher. En terme d’exigence, ça a servi, dans la façon d’aborder les matchs d’après ».

A Brioude, Mozac a signé une perf face à un club de R2 (2-1)
 

Premier exploit à Brioude

Une nouvelle prolongation, à Maringues (1-3), et Mozac hérite d’un gros morceau, Brioude (R2) à l’extérieur, au 4e tour. « Ce n’était pas gagné, mais on a été très rigoureux toute la semaine, explique Jérémy Antonio. On fait un bon match et ça a créé quelque chose. Ça a lancé notre saison. On s’est dit qu’on était capable de faire des bons matchs, en allant de l’avant. On a pris des risques et ça a été payant. Marquer deux buts là-bas a conforté notre philosophie de jeu. 

« Gagner à Brioude, ça a créé quelque chose »

L'an passé, le derby Mozac - Riom avait rassemblé la foule au stade Edmond-Vacant, au 6e tour. Rebelote dimanche, face à Saint-Priest ?
 

La revanche contre le voisin riomois

Un an après, Mozac retrouve Riom, au 6e tour cette fois. En 2018, le club de R1 avait fait respecter la hiérarchie, mais avec difficulté (3-2). De quoi donner des envies de revanche aux Mozacois, le 13 octobre dernier. Avec plus d’expérience. « Ce match nous a aidé, développe l’entraîneur de l’USM. On avait perdu cruellement, dans les dernières secondes, mais le résultat était plutôt logique. Riom était meilleur que nous ce jour-là. Cette année, on a fait preuve de plus de calme et de sérénité dans la préparation. On a moins parlé du match avant. »

Le jour J, Mozac est bien dans son match. « Même quand on mène, on a continué à produire du jeu. Quand Riom revient à 1-1, on était dans le dur, mais on a montré une vraie force collective et mentale. Être mené 2-1 en prolongation, revenir au score et gagner aux tirs au but, ça veut dire quelque chose. »

Et ça donne quelques idées pour dimanche prochain : « C’est pour ça qu’on y croit contre une N2. On peut leur poser des problèmes, même si on sait que ce sera très compliqué », conclut Jérémy Antonio.

 

Le parcours de Mozac :

1er tour : Royat (D2) - Mozac : 0-3.

2e tour : Mozac - Saint-Gervais (D1) : 6-6 (7 tab à 6).

3e tour : Maringues (R3) - Mozac : 1-3 (a.p.).

4e tour : Brioude (R2) - Mozac : 1-2.

5e tour : Mozac - Riom (R1) : 2-2 (5 tab à 4).

 

Laurent Calmut

Commentaire