Actualité sportive en auvergne



Photo © MARQUET Frédéric

ASM : à gauche, Falgoux a pris une nouvelle dimension

La saison de l'ASM 2018-2019 s'est achevée sur un titre européen et une défaite en finale de Top 14. L'occasion de dresser le bilan, joueur par joueur, sur ceux qui se sont illustrés - ou pas - dans cette saison post traumatique. Premier volet : les piliers gauches.

Etienne Falgoux :

Pur produit de la formation asémiste, le Bessard a franchi les étapes une par une depuis son arrivée dans le groupe professionnel (2014-2015). Il est aujourd'hui titulaire indiscutable à Clermont. Devenu une valeur sûre du Top 14 au poste de pilier gauche, il a fêté sa première cape avec le XV de France lors du dernier match du Tournoi des VI Nations 2019, face à l'Ecosse. Son temps de jeu est à l'image de sa progression linéaire : 1.390 minutes de jeu (contre 1.206 l'an dernier). Sur le pré, il a fait d'énormes progrès dans le secteur de la mêlée, notamment cette saison. Sa place de réserviste dans le groupe de Jacques Brunel pour la Coupe du monde est regrettable mais c'est peut-être une aubaine pour son club. L'ASM, qui ne pourra pas compter sur son pilier droit Rabah Slimani, sélectionné dans le groupe France, aura bien besoin d'Etienne Falgoux durant ce Mondial.

Sa moyenne (noté à 21 reprises*) : 5,88 (pour la rédaction), 5,77 (pour les internautes).

Loni Uhila :

Rapidement blessé lors de sa première année à Clermont, le pilier tongien a enfin pu faire une saison "complète", en cumulant trois fois plus de temps de jeu qu'en 2017-2018. Revenu plus "fit" de vacances à l'été 2018, il a montré des choses intéressantes et dispose d'un profil plutôt atypique de pilier puncheur. Il a confirmé sa place de numéro 2 dans la hiérarchie du poste.

Sa moyenne (noté à 12 reprises*) : 5,92 (rédaction), 5,88 (internautes)

Beqa Kakabadze :

Son erreur de jeunesse qui avait coûté une défaite à l'ASM à Pau en décembre 2017 est oubliée. Après ce "coup de sang", le jeune pilier Géorgien n'était apparu qu'à une seule reprise en deuxième partie de saison 2017-2018. Plus discipliné mais aussi plus présent dans le jeu, Kakabadze a passé quatre fois plus de temps sur la pelouse que lors de l'exercice précédent. Signe que Franck Azéma compte sur lui et qu'il constitue un joueur d'avenir pour Clermont à ce poste.

Sa moyenne (noté à 7 reprises*) : 5,14 (rédaction), 5,18 (internautes).

Giorgi Beria : 

Deux entrées en Top 14, une en Challenge Cup : l'international tricolore avec les Bleuets, champion du monde en 2018, a surtout évolué chez les Espoirs de l'ASM cette saison. Le pilier formé à Aurillac aura certainement un temps de jeu plus important lors de la prochaine saison.

Sa moyenne : non noté*.

(*) Pour être notés, les joueurs devaient disputer au moins 40 minutes d'une rencontre.

 

Nicolas Canizares

 

Commentaire