Actualité sportive en auvergne



Photo © TIM DE WAELE

Amstel Gold Race : Alaphilippe rate le coche (vidéo)

Après avoir dynamité la course à 36 kilomètres de l’arrivée, Julian Alaphilippe a calé au moment de jouer la victoire avec Jakob Fulsang sur l’Amstel Gold Race, ce dimanche. Les deux coureurs se sont faits surprendre par un retour inattendu d'un groupe de favoris. C'est Mathieu Van der Poel qui a finalement réglé le sprint dont Alaphilippe a pris la 4e place.

Alors celle-là, on ne l’avait pas vu venir. Et il y a fort à parier que Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) et Jakob Fulsang (Astana) non plus. Échappés à 36 kilomètres de l’arrivée, les deux hommes s’apprêtaient à se jouer la victoire dans les rues de Berg quand ils ont vu débarquer dans leur rétroviseur un groupe de favoris, sorti de nul part et lancé à pleine vitesse. Parmi eux figuraient l’autre homme en forme de ce début de saison après Julian Alaphilippe, Mathieu Van der Poel. Sur ses terres, maillot de champion des Pays-Bas sur le dos, le petit-fils de Raymond Poulidor allait chercher au sprint une victoire aussi belle qu'inespérée.

 

Inespérée car, quand Julian Alaphilippe a décidé d’hausser le ton à 36 kilomètres de l’arrivée, Van der Poel ne semblait pas en mesure de jouer la gagne. Le Montluçonnais prenait ses distances avec le reste de la concurrence. Seul Jakob Fulsang était en mesure de s’accrocher dans sa roue au sommet du Kruisberg (800 m de montée à 8,5 % de moyenne).

Le Français et le Danois coopéraient alors parfaitement en tête de la course pour s’offrir un mano a mano inévitable à Berg. Avec près d’une vingtaine de secondes d’avance sur leurs poursuivants, à 1,5 km de la ligne, il ne pouvait en être autrement. Et pourtant… Julian Alaphilippe devait se contenter d’une quatrième place terriblement frustrante au vue de sa condition du jour qui aurait pu (dû ?) lui faire succéder à Bernard Hinault, dernier vainqueur français de l’Amstel Gold Race en 1981.

 

De son côté, Romain Bardet a rassuré sur cette première des trois classiques ardennaises de la semaine. S’il n’a pas sauté dans la roue de son compère auvergnat dans le Kruisberg, il a toujours été au contact des autres favoris. Tentant même de partir en contre à plusieurs reprises. Il se classe finalement 9e à l’arrivée, un bon résultat pour le Brivadois qui regrettait son manque de condition avant de prendre le départ ce dimanche.

 

Vincent Balmisse

Commentaire