Actualité sportive en auvergne



Photo © Francis CAMPAGNONI

Adel Fellah (Espoirs ASM) : "Le groupe a su faire face à l'adversité"

Les Espoirs de l'ASM ont arraché la victoire in-extremis face au RC Toulon (27-24), ce dimanche, aux Gravanches. Adel Fellah, l'entraîneur des avants, a particulièrement apprécié les ressources psychologiques dont ont fait preuve ses joueurs.

Soulagé après cette victoire à l’arrachée ?

« Oui, c’est un gros soulagement. On est très content. On a vécu une fin de match houleuse, mais l’équipe a fait preuve de caractère, de solidarité et d’abnégation. C’est en somme tout ce que l’on essaie de cultiver et de développer chez nos joueurs à l’entraînement depuis la fin de saison dernière. Le groupe a su faire face à l’adversité. »
 

D’autant que depuis le début de la saison vos joueurs ont rarement été confrontés à gérer une telle situation…

« Hormis notre défaite à Agen, c’est la première fois où on est autant dominé à 10 minutes de la fin. Qui plus est à la maison. La défaite nous tendait les bras. Mais, c’est souvent sur de tels moments qu’un groupe s’unit. Au-delà des 23 joueurs alignés sur la feuille de match ce dimanche, il y avait presque 50 mecs du centre de formation présents au bord du terrain et avec nous, dans la ronde, à la fin du match. C’est le genre d’image qui fait plaisir. »

 

C’est un match fondateur ?

« Oui, puis c’est aussi une petite revanche. Toulon était venu gagner ici la saison dernière. C’était le match qui nous avait privé des phases finales en fin de saison. Puis, c’est agréable de battre les champions de France en titre. On va malgré tout faire profil bas parce qu’on n’a pas tout maîtrisé. »

 

Votre conquête et notamment votre mêlée ont été solides ce dimanche...

« Oui, on a d’abord marqué un essai de pénalité à la suite d'une touche sur ballon porté. Puis, à la fin les joueurs ont le courage d’aller chercher cette pénalité en mêlée, sur introduction adverse. Ils prennent ensuite la touche et marquent à la dernière seconde sur un essai collectif… Il faut féliciter le travail des « gros », mais j’ai surtout envie de retenir cette image de liesse collective à la fin. »

 

Il y a par contre eu moins d’assise dans le jeu courant de la part de votre équipe…

« Déjà, je pense qu’il faut souligner le fait que Toulon nous a mis une grosse pression dans les zones de contact. Ils ont globalement dominé les phases de ruck et ont donc perturbé nos sorties de balle. Cela nous a empêché d’avoir des sorties rapides et d’imposer notre jeu qui fait habituellement notre force. Après, on a eu pas mal d’indiscipline, notamment en défense. Le RCT a bien su en profiter et a bien joué les coups en déplaçant le jeu dans les couloirs où on n’était pas présents. La défense avait été notre force lors de notre victoire au Racing. Ce dimanche, elle a été notre point faible. »

 

C’est rare de gagner un match en jouant 30 minutes à 14 contre 15 (l’ASM a écopé de trois cartons jaunes). Votre indiscipline a failli vous coûter aussi très cher…

« Oui, on a fait beaucoup trop de fautes. C’est d’ailleurs sur ce point que l’on va axer notre travail lors du prochain bloc. Il va falloir qu’on apprenne à ne plus donner de "pénalités gratuites" sur des hors-jeu ou dans les zones de "plaqueur-plaqué". Ce dimanche, on a fait trop de fautes bêtes et d’anti-jeu. Il faut qu’on arrive à gommer ça parce que cela nous permettra de concéder cinq à six pénalités de moins par match. Si on veut rester dans le haut de tableau, il faut qu’on progresse sur cet aspect. »

 

Vous finissez néanmoins ce bloc de façon positive…

« Oui, c’est la raison pour laquelle on veut marquer le coup. On va faire un repas d’équipe ce soir (dimanche) aux Gravanches. L’idée, c’est de passer un bon moment ensemble. Il faut savoir relâcher et permettre aux joueurs de vivre des moments conviviaux. Si le match avait été perdu, la fête aurait été gâchée mais finalement on finit ce deuxième bloc avec sept victoires en huit matchs. C’est peut-être cette petite fête qui a d'ailleurs permis aux joueurs d’aller chercher la victoire dans les derniers instants. »

 

Propos recueillis par Vincent Balmisse

Commentaire