Actualité sportive en auvergne



Photo © LMD 63

83e Bol d'Or : LMD 63 remet les gaz au Castellet

Absent au Mans, en avril dernier, LMD 63 revient en championnat du monde d'endurance, ce week-end au Castellet, avec un nouvel équipage. Au 83e Bol d'Or, Stéphane Mézard reçoit le soutien au guidon de la Yamaha R1 n°63 de deux autres pilotes auvergnats : Maxime Caillet et Frédéric Besnard, habitués à briller ces dernières années sur une Triumph, au Bol d'Argent.

La structure puydômoise LMD 63 a repris du service. L'équipe de Stéphane Mézard fait son retour en championnat du monde, ce week-end à l'occasion du Bol d'Or, après avoir fait l'impasse sur les 24 Heures du Mans, au printemps.

Deux nouveaux pilotes entourent Stéphane Mézard, qui remontera en selle sur la Yamaha R1 clermontoise. Maxime Caillet et Frédéric Besnard arrivent du team Triumph Maxxess, avec lequel les deux Auvergnats avaient pris l'habitude de s'imposer au Bol d'Argent, sur le circuit Paul-Ricard et sur trois heures de course.

 

Caillet et Besnard, du Bol d'Argent au Bol d'Or

 

« On a changé de catégorie, explique Fred Besnard. Depuis tout gamin, Max (Caillet) rêvait de faire le Bol d'Or. On s'est dit qu'après nos trois victoires au Bol d'Argent (consécutives, de 2016 à 2018), c'était bien de passer au Bol d'Or. On est copains avec Stéphane (Mézard). Et il a voulu nous aider à monter ce projet. »

En trois mois, une équipe d'une trentaine de personnes a été mise sur pied et la moto (toujours la Yam R1) préparée. « On a travaillé jour et nuit. On s'est vraiment donné à fond pour réaliser notre projet », ajoute Besnard, lequel retrouve le paddock du championnat du monde d'endurance.

 

« Un team d'anciens »

 

La dernière participation au Bol d'Or du pilote de Beauregard-l'Evêque remonte à 2014. « Cela me rappelle des souvenirs, quand je roulais pour Viltaïs en championnat du monde », dit le « gamin », à 37 ans, de ce « team d'anciens »

Il est vrai qu'avec 43 ans de moyenne d'âge l'équipage de la n°63 ne manque pas d'expérience, même si Maxime Caillet n'avait encore jamais piloté à ce niveau. C'est à lui que reviendra l'honneur de lancer la course de l'équipe auvergnate, ce samedi, à 15 heures.

 

« Voir la ligne d'arrivée »

 

« Max prendra le départ, c'est son cadeau. C'est son premier Bol d'Or. On a envie qu'il en profite à fond. Du coup, on va l'envoyer au front », confie Fred Besnard, heureux de faire partie de l'aventure, au sein de ce team 100% auvergnat.

Une équipe qui bénéficie du soutien de Michelin pour la fourniture de pneus et espère surtout « voir la ligne d'arrivée ». « On ne va pas regarder la place », assure Besnard, qui venait jusque-là au Castellet avec l'envie d'y triompher.

Mais dans la cour des grands, en finir avec les deux tours d'horloge sonnera comme une victoire pour la petite écurie auvergnate. Du Bol d'Argent au Bol d'Or, les objectifs ne sont plus les mêmes...

 

Raphaël Rochette

Commentaire