Actualité sportive en auvergne



Photo © Francis CAMPAGNONI

Près de 220 pilotes pour la 59e édition du Mont-Dore - Chambon-sur-Lac

De samedi à dimanche, la 59e édition de la course de côte du Mont-Dore - Chambon-sur-Lac réunira près de 220 pilotes toutes catégories confondues.

Un beau monument. La 59e édition de la course de côte du Mont-­Dore ­Chambon-sur-­Lac sera le théâtre de la dixième manche du championnat de France de la montagne. Un rendez-­vous lancé par les vérifications techniques et administratives, dès samedi, avant un week-end consacré à la compétition avec les différents essais et les trois montées.

Proposée par Sancy Côte Organisation et l’ASA Mont­-Dore autour du président Daniel Pasquier, cette manifestation réunira environ 220 pilotes toutes catégories confondues. Et pour la douzième fois, des Véhicules historiques de compétition (VHC) se présenteront au départ. Ils seront près de 50 engagés dans une épreuve qu’il est bon de posséder à son palmarès.

Car cette montée est devenue, au fil des années, une référence avec sa longueur de 5.075 m, sa pente moyenne de 7,5 %, ses 381 m de dénivelé avec un départ à 1.070 m d’altitude aux Moneaux et une arrivée jugée au col de la Croix Saint­-Robert à 1.451 m d’altitude. Les diverses séances d’essais ne seront pas de trop pour trouver les bons repères, jauger les meilleures trajectoires afin de tout donner, dimanche, lorsque le chronomètre comptera pour de bon.

En l’absence de Sébastien Petit, sacré l’an passé en Auvergne, double champion de France en titre de la discipline et désormais concentré sur le championnat d’Europe, compétition où il a été victime d’un accident lors d’une manche au Portugal, Geoffrey Schatz, son dauphin 2018, rallie la majorité des suffrages pour s’imposer, ce dimanche en fin d’après­-midi, au volant de sa Norma M20 FC.

Le record en danger

L’actuel leader du championnat de France de la montagne règne sans partage. Vainqueur des neuf premières manches, capable d’enchaîner des records, le Bourguignon pourrait bien en ajouter un avec celui de la montée auvergnate. Le temps de 2’12”286 signé en 2017 par l’Italien Christian Merli pourrait en effet tomber si la météo s’y prête. Mais il faudra aussi compter sur Cyrille Frantz et son Osella PA 30 pour pousser le leader à donner le meilleur. Deuxième du classement et en embuscade avec 34 points de retard, Frantz semble le seul à pouvoir challenger Schatz. Si surprise il y a, elle viendra de lui.

 

Jean-François Nunez

Commentaire