Actualité sportive en auvergne



Trois Chamaliérois aux championnats du monde juniors de trampoline et tumbling

L’Union Sportive de Chamalières sera fièrement représentée à partir de ce jeudi, jusqu'à samedi aux championnats du monde juniors de trampoline et tumbling de Tokyo. En effet, trois de ses licenciés, Yanna Chomilier, Yann Chirier et Lucas Deblok y porteront les couleurs de la France.

C’est une première historique pour l’Union Sportive de Chamalières. Pour la première fois, le club auvergnat sera représenté par trois jeunes athlètes lors d’une même compétition mondiale par groupe d’âges (équivalent des « championnats du monde » chez les seniors). Lucas Deblok s'alignera en trampoline dans la catégorie 11-12 ans tandis que Yanna Chomilier et Yann Chirier s’élanceront en tumbling dans les catégories 13-14 ans et 15-16 ans.

Une qualification que ces jeunes auvergnats n’ont pas volée. Bien qu’elle ait le droit de présenter quatre athlètes par catégorie d’âge, la Fédération française de gymnastique préfère privilégier la qualité à la quantité. Lucas, Yanna et Yann sont donc parvenus à réaliser les minimas requis lors de deux phases de qualifications en avril et juin derniers. « Le but, pour la Fédération, c’est que chaque enfant se classe au moins en milieu de tableau mondial », explique Christophe Bravard l’entraîneur des trois Chamaliérois, qui sera de la délégation française au Japon.

L'épreuve de trampoline (discipline olympique) se déroule en deux manches de dix acrobaties chacune. Lors du premier passage, le trampoliniste doit réaliser des figures qui lui sont imposées alors que lors du second il est libre de réaliser les acrobaties de son choix. Objectif : aller le plus haut possible et rester au centre du trampoline.
L'épreuve de tumbling (discipline non-olympique) se dispute en deux séries libres de huit enchaînements horizontaux. Objectif : aller le plus vite en terminant par un acrobatie finale.

Milieu de tableau car la concurrence est rude. Pour les deux trampolinistes, l’objectif sera de décrocher une place en finale, réservée aux huit meilleurs des phases de qualifications. Lucas Deblock visera, lui, un top 20. « C’est déjà une vraie performance de se qualifier pour ces championnats du monde. Ici, on n’a pas de sport-études et donc d’horaires aménagés. Nos athlètes viennent s’entraîner tous les jours, durant 2 heures, après l’école de 18 heures à 20 heures. C’est dérisoire par rapport aux grosses nations comme la Russie, la Chine ou le Japon, qui s’entraînent 4 à 6 heures par jour », commente Christophe Bravard.

 

Finale 2019 de tumbling des championnats du monde seniors.

 

Mais qu’importe, la motivation est là. Cet été, Lucas, Yanna et Yann n’ont eu le droit qu’à une petite semaine de vacances pour préparer au mieux ce rendez-vous mondial. Le reste du temps, ils ont enchaîné les stages nationaux et en club ainsi que les tournois internationaux comme celui de Loulé au Portugal.

« Ils font beaucoup de sacrifices et leurs familles aussi. Mais aujourd’hui, ils sont habitués à tout ça. Par exemple, en rentrant de Tokyo ils savent qu’ils devront rattraper les 10 jours de cours qu’ils auront loupés. Ce n’est pas un sport qui les fera vivre, donc on est très attentif à leur parcours scolaire. Si ça ne marche pas à l’école, ça ne peut pas marcher avec nous », détaille le coach chamalièrois. Pour l'heure, tout semble bien parti...

 

Vincent Balmisse

Commentaire