Actualité sportive en auvergne



Photo © Francis CAMPAGNONI

Toubani (Chamalières) : "On doit passer un cap"

Atman Toubani espère que la nouvelle saison de Ligue A Féminine permettra au VBC Chamalières de franchir un cap, grâce à un effectif élargi, de meilleures conditions d'entraînement et de déplacement. 

Sous sa direction, l'entraînement a repris pour les Panthères depuis le 26 août au gymnase Chatrousse. Atman Toubani sera encore le coach du VBC Chamalières, cette saison, la troisième de suite du club en Ligue A Féminine.

L'été a été mouvementé avec beaucoup de départs et plus encore d'arrivées. Bref, c'est un VBCC new-look qui débutera le championnat le 5 octobre prochain à Mulhouse. Une équipe renouvelée aux trois quarts dont l'objectif premier sera encore le maintien. Même si avec plus de moyens (un budget porté à 700.000 euros), le coach espère que le VBCC sera en mesure de passer un palier et ne plus trembler jusqu'à la dernière journée.

 

« Un peu plus fort, individuellement »

 

Six départs, huit arrivées... L'effectif a été chamboulé, mais a-t-il été renforcé?

« Individuellement, c’est sûr, c’est un peu plus fort. Maintenant, il faut que la mayonnaise prenne. L’an dernier, on avait un collectif fort pour jouer le maintien. Là, on garde notre colonne vertébrale (les deux passeuses, l'attaquante prioritaire et la libéro, ndlr). Par contre, on change nos centrales. Cela fait trois ans de suite que nos deux centrales titulaires partent. Il va falloir que celles qui arrivent à ce poste se fondent rapidement dans le collectif. »

 

Deux centrales qui s'en vont et trois qui arrivent (Oni Lattin, Victoria Young, Sandra Szaboova)...

« Cela va permettre de faire plus jouer la concurrence et plus travailler sur le plan technique. Avec deux, on était parfois obligé de lever le pied, de peur de les blesser. Ce sont trois filles à potentiel. On va pouvoir plus les faire bosser pour les faire progresser plus vite, à l'image de Lauren Shad et Paige Neuenfeldt il y a deux ans. »

 

« La masse salariale a été augmentée »

 

L'effectif pro passe de neuf à onze joueuses. Vous avez bénéficié d'une enveloppe supérieure pour recruter...

« L’objectif du nouveau bureau directeur, c’était de donner plus de moyen au staff pour qu’on puisse avoir des rotations de joueuses. La masse salariale dédiée à l’effectif pro a été augmentée (elle est d'environ 300.000 euros, ndlr). Cela a été plus facile pour moi de boucler le recrutement. J’avais l’objectif d’avoir au minimum dix joueuses pros. On a fait signer une onzième en juillet (Olena Leonenko). On a attendu la fin du mercato pour saisir une occasion. »

L'entraînement a repris pour les Panthères depuis le 26 août au gymnase Chatrousse.
 

Une douzième joueuse, Alex Merle, fait partie de votre groupe, mais ce n'est pas une recrue comme les autres...

« Elle s'était déjà entraînée avec nous la saison dernière, alors qu'elle jouait pour une université américaine (Colby Community College). Lorsqu'Alex était en vacances, elle rejoignait le groupe. Son intégration sera donc rapide. Elle n'est pas pro et va plus jouer avec notre Nationale 3 qu'en Ligue A Féminine. Elle est là pour se former sur le poste de libéro. »

 

« Il faudra mettre une équipe derrière nous »

 

Etes-vous optimiste pour la saison à venir?

« Oui. Parce que jusqu'à présent, on était limité en termes d'effectif, de staff, de conditions d'entraînement et de déplacement. Et là, on a fait un bon pas et progressé sur tous ces plans. Primo, on a plus de joueuses pros. Deuxio, de meilleures conditions d'entraînement, avec deux nouveaux créneaux par semaine, de 8 heures à 14 heures non stop, à Chatrousse. Et tertio, on a la garantie de se déplacer la veille de toutes les rencontres à l'extérieur, dans un grand bus. Cela veut dire que je vais pouvoir me concentrer sur le match et ne plus conduire (le minibus). Ce sont les trois facteurs qui doivent nous permettre de passer un cap. »

 

L'ambition du club est-elle revue à la hausse?

« L'objectif, ce sera toujours de se maintenir. Il y aura une équipe à mettre derrière nous (le dernier descendra en Elite féminine, ndlr). Même si on a des moyens supérieurs, les autres clubs ne dorment pas non plus. Terville, le promu, annonce un budget de 700.000 euros, c’est à dire équivalent au nôtre. C’était le cas l’an passé de Mougins et Marcq-en-Baroeul, qui venaient juste de monter. La Ligue A est en train de se professionnaliser, tout le monde avance. Il faut prendre le bon wagon, créer une dynamique. Attention à ne pas mettre la charrue avant les boeufs. Il ne faut pas se dire que ce sera plus facile, parce qu'on a plus de moyens. »

 

Le VBC Chamalières 2019/2020 :

1. Estelle Adiana (Cameroun, 22 ans, 1,82 m)

2. Anne-Laure Margirier (23 ans, 1,65 m)

3. Yolande Amana-Guigolo (Cameroun, 22 ans, 1,94 m)

4. Lisa Jeanpierre (20 ans, 1,84 m)

5. Kathleen Gates (Etats-Unis, 29 ans, 1,78 m)

7. Christelle Tchoudjang-Nana (Cameroun, 30 ans, 1,84 m)

8. Alex Merle (19 ans, 1,75 m)

10. Léah Hardeman (Etats-Unis, 24 ans, 1,78 m)

11. Olena Leonenko (Ukraine, 28 ans, 1,85 m)

12. Oni Lattin (Etats-Unis, 28 ans, 1,86 m)

13. Victoria Young (Etats-Unis, 24 ans, 1,86 m)

14. Sandra Szaboova (Slovaquie, 23 ans, 1,90 m)

 

Les matchs amicaux :

Tournoi de Nancy

13 septembre : Chamalières (LAF) - Dudingen (D1 suisse)

14 septembre : Chamalières (LAF) - Erfurt (D1 allemande)

15 septembre : Chamalières (LAF) - Nancy (LAF)

Tournoi de Riom

21 septembre (14h30) : Chamalières (LAF) - Béziers (LAF); (19h45) Chamalières - Nancy (LAF)

22 septembre (14h30) : Chamalières (LAF) - Mougins (LAF)

 

Raphaël Rochette

Commentaire