Actualité sportive en auvergne



Photo © Pierre COUBLE

Lescure : "le N2 ne sera que du bonus pour Chamalières"

Chamalières a validé sa montée sans trop trembler, samedi, en battant Vaulx-en-Velin (1-0). Le sacre d’une « bande de potes », dixit le capitaine Anthony Lescure.

Capitaine de l’équipe depuis cette saison, Anthony Lescure a reçu « le plus beau des cadeaux » avec la montée de son équipe en National 2. Entre deux accolades, samedi soir, le défenseur a pris le temps de poser un regard lucide sur une saison exceptionnelle.

Que ressentez-vous avec cette montée en N2 ?
C’est exceptionnel. On a réalisé un exploit et on n’arrive pas à en prendre encore conscience. On est hyper fier de tous les efforts fournis depuis le début. On est parti avec un effectif complètement renouvelé, très jeune, on ne savait pas trop où on mettait les pieds. On s’était fixé comme premier objectif le maintien et la mayonnaise a pris.

Comment avez-vous abordé cette dernière rencontre ?
Comme toutes les autres. On a essayé de ne pas trop penser à l’enjeu. On voulait prendre du plaisir car on est d’abord une bande de potes. On voulait profiter du moment.

Y a-t-il eu un déclic cette saison ?
Il y a eu plusieurs moments forts, mais je pense que celui qu’on va retenir, c’est après l’élimination en Coupe de France (contre Villefranche, aux tirs au but, NDLR). On a fait un grand match et le coach a trouvé les bons mots, en disant que la Coupe n’était que l’exploit d’un moment. Et que le plus bel exploit était de tenir toute une saison. On peut être fier de ça.

Avez-vous eu peur alors que l’équipe, alors en tête, a commencé 2019 par cinq matchs sans succès ?
Peur, non, car la montée n’était pas une chose à laquelle on pensait. On était soulagé de se dire qu’on était maintenu au mois de janvier, donc c’était tout bonus pour nous. Il y a eu aussi les mauvais résultats des autres équipes. Le changement de système de jeu (une défense à quatre plutôt qu’à cinq, NDLR) a permis de nous remobiliser, de nous reconcentrer. On a su faire le dos rond pendant un mois et demi, et on a eu ce brin de réalisme qui fait qu’on est champion. Un championnat, c’est un marathon, et il faut savoir l’aborder correctement. Finalement, c’est nous qui l’avons le mieux géré.

Comment définiriez-vous la force de l’équipe ?
On est très fort mentalement, on fait les efforts les uns pour les autres. Certains ont envie d’aller voir plus haut, et ils ont voulu le prouver. C’est une alchimie de plusieurs forces qui a fait qu’on était infranchissables. On savait qu’avec une grosse base défensive, on pouvait marquer à tout moment.

Que faudra-t-il à l’équipe, en National 2 ?
On sait qu’il va falloir se renforcer, que la N2 n’est pas la N3. Mais après, pourquoi changer les choses ? On va savourer, car on est épuisé physiquement et mentalement, et on se projettera sur la saison prochaine dès juillet. Ce ne sera que du bonus pour nous.

Propos recueillis par Laurent Calmut

Des réponses rapidement... Tout sourire, aussi, le président Didier Chastang. « C’est une super saison pour nous, a témoigné le dirigeant. Un groupe s’est créé, c’est une belle aventure humaine ». Pour lui, la montée du FCC a prouvé qu’« on peut avoir des résultats sans argent ». Mais il a nuancé : « On arrive à un plafond de verre ». « Il va falloir changer de braquet, car on a un problème de budget et de stade, poursuit-il. On est à 184.000 euros de budget et il faut impérativement doubler pour proposer quelque chose de correct ». Alors que Chamalières ne refusera pas la montée, Didier Chastang conclut : « On en saura plus d’ici les prochaines semaines, mais il va falloir des réponses rapidement ».

 

Commentaire