Actualité sportive en auvergne



Photo © Jean-Louis GORCE

Le VBC Chamalières veut stabiliser son jeu

Chamalières a signé une victoire (face à Vandoeuvre-Nancy) et concédé deux défaites (contre Béziers et Mougins) lors du tournoi national féminin du Riom VB, ce week-end. À deux semaines du début du championnat de Ligue A Féminine, Atman Toubani, l’entraîneur, fait le point.

Quel bilan tirez-vous de ce tournoi ?

« Il est mitigé. On n’arrive pas à stabiliser certains secteurs, car je change beaucoup de choses. Cela me donne des renseignements sur le fait que plus on va se rapprocher de la première journée de championnat (le 5 octobre à Mulhouse, ndlr.), plus il faudra fortement stabiliser certains points quelques jours avant et ne pas laisser de questionnements sur les systèmes de jeu. J’avais l’habitude de donner du temps sur les premières semaines de la saison, de laisser un peu de désordre pour pouvoir créer de l’ordre ensuite. Vu les deux tournois qu’on vient de faire, on a besoin de cadrer davantage les systèmes de jeu. »

Il vous reste deux semaines avant la première journée de Ligue A Féminine. Quels sont vos angles de travail ?

« On va s’enfermer pendant deux semaines et ne plus ressortir. On n’a plus de matchs de préparation avant la première journée. On termine donc avec cette prestation face à Mougins où il y avait du bon et du négatif. On va travailler sur tout ce que j’ai pu voir en étant un peu plus en recul. J’ai plein de pistes sur la programmation. Il faut concentrer les joueuses sur des choses plus carrées, être plus directif sur les systèmes de jeu et les laisser aussi réfléchir. On va se focaliser sur les deux complexes : on est sur la bonne voie sur la liaison service-block-défense, mais maintenant le gros travail est sur la réception-passe-attaque et les relations entre les joueuses en réception. »Olena Leonenko découvre le championnat de France après plusieurs saisons en Finlande.

Gérer un groupe de 12 joueuses

Quel est votre sentiment sur le recrutement et le niveau des nouvelles joueuses ?

« Il n’y a pas de mauvaises surprises et il y a peut-être même de bonnes surprises. Les joueuses ne sont pas en-dessous du niveau où je les attendais et c’est assez positif. Maintenant, il va falloir savoir gérer un groupe de douze joueuses. Même s’il manque encore les trois internationales camerounaises, on sent quand même qu’il y a de la concurrence et cela peut créer de la tension au moment d’aller chercher une place de titulaire. Il va falloir que je sois bon pour pouvoir gérer les égos. C’est bien d’avoir des solutions, mais il faut réussir à donner un rôle important à toutes les filles. »Lisa Jeanpierre, ancienne de Mulhouse, disputera son premier match officiel sous ses nouvelles couleurs auvergnates face à son ancien club.

Christelle Nana-Tchoudjang, Yolande Amana-Guigolo et Estelle Adiana, vos trois internationales, disputent la Coupe du monde au Japon jusqu’à la fin du mois de septembre. À peine rentrées, seront-elles dans le groupe ?

« L’intégration pourrait très bien se faire dès le premier match à Mulhouse et pourquoi pas dans l’équipe qui commencera. J’ai annoncé la couleur. Je vais mettre le meilleur six et même si on dit que le six qui a travaillé ensemble pendant la préparation est le plus performant, on a des habitudes de travail avec Nana. Son intégration est plus facile et elle peut rentrer tout de suite. Je peux très bien lancer Estelle Adiana dès le départ également. Sur les premiers matchs, ce n’est pas toujours le collectif qui prime mais les individualités. »

 

Jean-François Nunez

Commentaire