Actualité sportive en auvergne



Photo © Francis CAMPAGNONI

Chamalières, un mois de janvier décisif 

Le VBC Chamalières se prépare un début d’année passionnant. Sur le terrain avec quatre matchs déterminants pour son avenir en Ligue A Féminine. En coulisses également où le club commence déjà à construire sa prochaine saison.

Demain se construit aujourd’hui. Désormais tourné vers le plus court terme, une demande formulée par les joueuses en premier lieu, le VBC Chamalières aborde un mois de janvier décisif pour la suite de sa saison. Un message évoqué lors de son rendez-vous de rentrée, mardi soir, à Chatrousse, en présence des dirigeants, du staff technique et des partenaires de Christelle Tchoudjang-Nana, la capitaine.

L’importance du mois de janvier

Atman Toubani ne s’est pas caché et n’a surtout pas caché l’incidence du mois de janvier sur cette seconde partie de saison avec les déplacements à Terville-Florange et à Paris, ainsi que les réceptions de Mougins et de France Avenir 2024.Kathleen Gates (au centre), Christelle Tchoudjang-Nana et Sandra Szaboova : les Chamaliéroises à l'entraînement, cette semaine, avant leur déplacement à Terville-Florange pour la reprise du championnat de Ligue A Féminine. Photo Francis Campagnoni
« Le rendez-vous saute aux yeux de tout le monde. Ce mois de janvier est crucial. On marche sur un fil. Soit on bascule du bon côté en allant chercher notre maintien dès la fin du mois de janvier. Comme cela on n’en parle plus et on peut passer à l’étape supplémentaire qui est d’aller chercher cette huitième place. Soit on sera entre deux eaux et il faudra lutter jusqu’au bout. Les résultats de ce mois de janvier nous diront si on peut aller voir plus haut ».

Le potentiel du groupe

Avec un groupe de 12 joueuses pour le groupe pro, Chamalières dispose d’une profondeur d’effectif qu’il n’avait jamais eu en Ligue A Féminine. Sondé sur le niveau de son groupe et surtout sa marge de progression, l’entraîneur sait qu’il n’a pas encore tiré le maximum du potentiel actuel. « Oui, il y a plus de potentiel. En match, c’est indéniable que c’est l’équipe la plus forte qu’on n’a jamais eue. A l’entraînement, il reste encore un pas à franchir. Je pense qu’on peut encore faire plus, apprendre à se connaître. C’est sérieux, mais ce n’est pas assez régulier, au top tout le temps. A un moment, le niveau d’exigence baisse. Est-ce le fait qu’il n’y a qu’un seul entraîneur ? Parce qu’on tire beaucoup sur la machine ?  ».Atman Toubani compte bien sur le retour à la compétition d'Oni Lattin et Lisa Jeanpîerre pour réussir ce mois de janvier important. Photo Francis Campagnoni

L’effectif actuel

La fin d’année 2019 n’a pas été simple pour les Chamaliéroises. Il y a tout d’abord eu la blessure à la cheville de la centrale Oni Lattin. Dans la foulée, Lisa Jeanpierre a également été écartée des terrains, elle aussi pour un problème à la cheville. « On récupère nos joueuses blessées, s’est félicité l’entraîneur. Lisa Jeanpierre reprend ainsi qu’Oni Lattin qui était sur une jambe en décembre. Yolande Amana-Guigolo prend de la place dans l’équipe. Estelle Adiana est en train de se libérer. Des choses se passent. Les feux sont au vert ».

L’avenir proche

Habitué à reconstruire son équipe à plus de 70 % en juin, à la fin de chaque saison, Chamalières avance également sur ce dossier. Un travail d’anticipation important qui permet notamment d’être moins dans l’urgence à la fin du championnat. « Le recrutement a déjà commencé, a ainsi annoncé Mylène Toubani-Bardet, la présidente. Nous sommes en contact avec un joueuse, une ancienne joueuse du club même, pour qu’elle revienne. Nous avons également commencé les démarches avec celles du groupe actuel pour parler d’avenir. Nous sommes déjà dans la construction et moins dans la course ».

Cela ne signifie pas qu’il y aura obligatoirement moins de mouvements, mais Chamalières pourra travailler sur son futur effectif avec plus de marge au niveau du temps. « L’aventure s’écrit maintenant. On est boosté et en train de monter en gamme ».

 

Jean-François Nunez

Commentaire